« Nous sommes des oiseaux pleins d’amour » est le premier vers traduit du hindoustani d’une chanson de Cassam Heerah que la Fondation pour l’interculturel et la paix (FIP) vient d’enregistrer. Le concours « Tous parents tous différents » a suscité la participation de 335 élèves de 80 écoles.
La FIP voulait terminer l’année sur une note musicale en associant les talents d’enfants à ceux d’artistes aux influences variées. Le résultat a consisté à associer une chanson en hindoustani avec une autre en kreol, l’ensemble magnifiant les valeurs de l’interculturalité.
Sedley Assonne a accepté qu’on utilise quelques-uns de ses vers pour la partie en kreol, qui commence par « Anou viv kouman zanfan ». Nunkumar Ramdin a composé la musique. La chanteuse bien connue pour ses interprétations de morceaux de Bollywood à la MBC, Neetusha Ramprogus, a prêté sa voix mélodieuse pour le chant en hindoustani. Éric Triton chante et assure la musique de la partie en kreol. Et huit enfants ont été associés à la démarche, reprenant les paroles en choeur dans les deux langues d’expression.
Il en résulte un enregistrement sonore et un clip réalisé par Wassim Sookia, qui seront prochainement diffusés sur le site internet de la FIP. Éric Triton chante au volant d’une voiture, qui nous emmène dans différents endroits du pays faisant des escales devant le groupe d’enfants et la chanteuse Neetusha, particulièrement sous le banian, l’arbre du rêve et de l’enfance.
Éric Triton pense que les enfants comprennent mieux et plus vite les messages d’unité que les adultes et que c’est avec eux que choses changeront. Pour Neetusha Ramprogus, c’est une première expérience de création. Ce projet a été réalisé comme celui de « Tous parents tous différents », avec l’Institut d’éducation et le soutien financier de la HSBC dans le cadre de son programme CSR. Mais l’idée et l’aboutissement du projet reviennent à Sarojini Asgarally, qui en a été la cheville ouvrière et la coordinatrice. L’ensemble du clip véhicule un message de paix et d’amour, invitant à « écouter les battements de son coeur », et vivre en dehors de la haine et des divisions.