La direction de l’usine de textile Firemount Textile Ltd de Pointe-aux-Sables a signalé à la police la disparition d’une dizaine de machinistes de l’usine depuis mardi dernier. Dans une déposition consignée à la police, Jogee Pravish, Human Resource Coordinator, affirme c’est vers 17h15 qu’on a signalé leur disparition dans leurs dortoirs situés à Pointe-aux-Sables. Ces machinistes, âgés entre 24 et 37 ans, sont originaires du Bangladesh et sont sains d’esprit.

Interrogé par Le Mauricien, ce matin, un préposé de la direction a affirmé que ces derniers ne sont toujours pas retournés dans leurs dortoirs malgré une déposition à la police. « Ces travailleurs ont aussi coupé tout contact avec leurs collègues et le département des ressources humaines. Le Passport and Immigration Office a été également mis au courant de leur disparition car désormais ils sont dans une situation irrégulière », a déclaré un préposé de Firemout Textile Ltd. Il a aussi fait remarquer que le contrat d’un certain nombre de travailleurs arrivait à terme alors que pour d’autres, le contrat était toujours valable. « Ce sont de bons travailleurs. On n’a jamais eu de reproches à leur propos. On ne sait pas ce qui a pu se passer dans leur tête. On ne sait pas où ces travailleurs étrangers se réfugient actuellement », a-t-il souligné. Parmi les ouvriers bangladeshis qui sont portés manquants, il y a Sohel Mohammad, 28 ans, Habib K., 37 ans, Sohel, 31 ans, Khan Swapan, 26 ans, Islam Shaifiqui, 33 ans, Mia Joni, 31 ans, Ali Saheb, 37 ans, Hosain Kama, 37 ans.

Ces Bangladeshis faisaient partie d’un groupe de 1 500 ouvriers étrangers qui travaillent pour le compte de Firemount Textile Ltd à Pointe-aux-Sables.