L’échange d’informations pour une optimisation du système de collecte des revenus fiscaux et la facilitation des échanges commerciaux ont été au coeur des discussions, à Maurice, des officiels de l’administration fiscale de plusieurs pays d’Afrique australe. C’était à l’occasion d’un atelier de travail organisé par l’Africa Regional Technical Assistance Center South, instance créée par le Fonds monétaire international et dont le siège se trouve à Maurice.  
Plus d’une trentaine d’officiers des bureaux de l’administration fiscale de plusieurs pays ont participé à un atelier de travail organisé par l’Africa Regional Technical Assistance Center South (AFRITAC South). Ces pays sont : l’Afrique du Sud, l’Angola, le Botswana, les Comores, le Lesotho, Maurice, le Mozambique, la Namibie, les Seychelles, le Swaziland, la Zambie et le Zimbabwe. L’atelier a été animé par des officiels du Fonds monétaire international (FMI), de la Mauritius Revenue Authority (MRA) et du South African Revenue Service.
Dans un communiqué officiel rendu public hier sur le site du FMI, il est souligné que les experts du FMI ont mis l’accent sur le fait que des systèmes et procédures bien élaborés pour l’échange d’informations peuvent contribuer efficacement à la réalisation des stratégies, au renforcement de la gestion des impôts et à la facilitation du commerce. Les animateurs du FMI ont mis l’accent, entre autres, sur l’utilisation des renseignements provenant d’une tierce partie pour s’assurer que les conditions de paiement par les contribuables soient respectées. Ils ont aussi parlé de l’usage des moyens technologiques pour faciliter le partage d’informations, l’obtention des informations pour une meilleure gestion des risques et le respect des engagements envers le fisc ainsi que le développement des plans de communication des renseignements pour les besoins fiscaux.  
Les participants à l’atelier de travail se sont aussi penchés sur les défis à relever et les opportunités à saisir en matière d’administration fiscale. Ils ont été informés des progrès réalisés par la Division des affaires fiscales du FMI concernant le développement d’une plateforme informatique en ligne pour la mise en place d’un outil sur la gestion des revenus fiscaux. Quelque 86 pays seraient concernés par l’utilisation de cet outil.  
Des officiers de la MRA et du South African Revenue Service ont parlé de leurs expériences dans l’utilisation des informations au sein même de leurs organisations, ainsi que celles obtenues d’autres agences, pour une meilleure collecte des revenus fiscaux et pour amener les contribuables à s’acquitter de leurs engagements vis-à-vis du fisc. Le président du conseil d’administration de la MRA, Vasdev Hassamal, a soutenu qu’en s’engageant profondément dans le processus, les pays de la région ont la possibilité de rehausser le niveau des revenus fiscaux tout en aidant à la facilitation des échanges commerciaux.
Le coordonnateur d’AFRITAC South, Vitaliy Kramarenko, a fait ressortir que la mobilisation des revenus et la facilitation du commerce sont des priorités pour les pays d’Afrique australe. L’atelier de travail leur a donné l’occasion de réfléchir sur le partage d’informations pour une gestion fiscale plus efficace. L’atelier a aussi offert l’opportunité aux pays membres d’AFRITAC South de parler des possibilités de formation pour d’autres officiers dans le domaine en question.