Suite à la découverte de fissures à la station de traitement d’eau à Pailles, le ministre Yogida Sawminaden, qui assure l’intérim au ministère de l’Énergie et des Services Publics, a effectué une site visit à la Water Treatment Plant de Pailles hier pour faire un constat. Il commanditera un rapport de consultants indépendants avant de prendre une décision.
Lors de certains tests effectués par des ingénieurs allemands à la station de traitement, des fissures ont été notées un peu partout. Le ministre a indiqué après sa visite qu’il a pris note de la situation et commanditera un rapport de consultants indépendants avant de prendre une décision. Les conclusions du rapport seront soumises au Conseil des ministres. Le ministre Sawminaden n’a pas caché son inquiétude face à cette situation. « Le gouvernement a dépensé Rs 720 M pour mettre en place ce projet, il fallait faire un constat de visu. Quand l’eau commence à infiltrer le béton, c’est inquiétant mais j’espère tout de même que ce n’est pas très grave », a-t-il déclaré à la presse.
Cette visite des lieux s’est déroulée en présence des responsables de construction du site. Alors que ce projet de station de traitement d’eau devait être achevé en mars, il y a eu du retard en raison du mauvais temps et du retard dans la livraison de sable pour le filtre. Les constructeurs espèrent terminer le projet d’ici juillet. Présent aux côtés du ministre Sawminaden lors de cette visite, Michel Patté, le directeur de Gibbs Mauritius, a tenu à rassurer que ce genre de problèmes fait partie de la construction. « Ce n’est pas la première fois que nous faisons des constructions et ce n’est pas la première fois que nous avons ce genre de problèmes. Ce n’est pas grave. Ce ne sont même pas des fissures et nous allons faire des ajustements. C’est un peu normal que le ministre soit inquiet mais pour nous cela n’a rien d’extraordinaire. On va trouver une solution », a déclaré à la presse Michel Patté. À noter que la station produit actuellement 80 000 mètres cubes d’eau pour la région de Pailles alors que dans le passé c’était entre 55 000 et 60 000. Interrogé sur la possibilité qu’il y ait des coupures, M. Patté a souligné que cela dépendra de la quantité d’eau dans les rivières.