Les travaux ont enfin démarré sur le tronçon fissuré depuis janvier 2015, à Ripailles-Valton, sur l’autoroute Terre Rouge-Verdun. Au coût de Rs 284 M, ils dureront dix mois et, de ce fait, cette partie de la route, interdite à la circulation en raison des fissures – provoquées, selon les experts sud-africains et singapouriens, par une porosité du sol à cet endroit –, devrait être accessible aux automobilistes à partir de janvier 2018.
C’est l’assurance donnée par le ministre des Infrastructures publiques, présent sur le site la semaine dernière lors du démarrage des travaux. Dans le sillage, Nando Bodha annonce la création d’une unité géotechnique qui travaillera avec la Landslide Disaster Unit et la Road Development Unit. Pour l’heure, les ouvriers de la compagnie Transinvest Construction, JCB à l’appui, s’attellent à déblayer le côté droit de la route où une bretelle sera installée en guise de déviation, le temps des travaux sur l’autre côté du tronçon fissuré. Viendront ensuite les travaux de fouilles pour enlever tout le bitume et la partie fissurée sur quelque 300 mètres et 15 m de profondeur. Place ensuite au remplissage avec des pierres sur une hauteur variable de 14 mètres, selon la méthode horizontale préconisée par les experts singapouriens.
Ainsi, ce n’est qu’en janvier 2018 que cette route, qui s’est affaissée le 21 janvier 2015, sera à nouveau accessible aux automobilistes. Dans une brève allocution, Nando Bodha a affirmé que “tout sera fait dans les délais, et peut-être même avant, car nous ne voulons pas de cost over-run, et nous voulons la qualité.”