Le MSM a organisé un congrès dans la circonscription de Flacq/Bon-Accueil hier. Pravind Jugnauth, leader du MSM et sir Anerood Jugnauth, leader du Remake 2000, ont notamment pris la parole. Ce dernier a soutenu que la dette publique atteindra Rs 250 milliards si Navin Ramgoolam reste au pouvoir jusqu’en 2015. Il s’est également demandé pourquoi rien n’a été initié contre la travailliste Nita Deerpalsing dans l’affaire de Contempt of Court comme soulevé par le président de l’ERT Me Rashid Hossen.
Le leader du Remake 2000 sir Anerood Jugnauth s’est adressé hier aux partisans de la circonscription N°9 (Flacq/Bon accueil). « Ena dimoun pe dir monn démissionner pou defann Pravind… Ki, mwa ki pou ale defann li la cour ? » a déclaré l’ancien président de la République. Il a soutenu, avec son expérience en tant que Queen’s Counsel, que « pena case kont Pravind ». Le leader du MSM en tant qu’ancien ministre des Finances avait la responsabilité de payer suite à la décision du conseil des ministres. « Linn deklar so linteret, pa kapav ena confli. Ena lot ki en plis linteret kinn rester dan discussion ».
SAJ a parlé de la situation du Law and Order dans le pays et a insisté sur le problème de la drogue. « Bann la dir ki dan mo lepok osi ti ena sa… Mai zot bizin rapel ki bann seki ti arreter dan bann gro case ladrog ti bann travayis sa », a soutenu l’ancien Président. Il a fustigé Nita Deerpalsing qui n’a subi aucune poursuite. Le leader du Remake a cité l’incident du vendeur de briani à Quatre-Bornes où deux policiers, soutient-il, « ont été transférés alors ki zot ti pe fer zot travay » et du cas de la déclaration de la responsable de communication du Ptr dans l’affaire du litige devant l’Employment Rights Tribunal. Me Rashid Hossen avait demandé au Directeur des Poursuites Publiques (DPP) d’inculper Nita Deerpalsing mais rien n’a été fait. « Lapolis mem nepli kone kouma pou azir, akoz sa ki ena problem », a-t-il soutenu. Pour lui, la promesse du PM au Père Grégoire d’instituer une commission d’enquête sur le problème de drogue n’est qu’une autre promesse qui ne sera pas tenue.
Sir Anerood Jugnauth soutient que quand Paul Bérenger est venu le voir pour l’alliance, il a accepté de quitter son confort présidentiel pour son pays. « Mo pann fer sa pou mo garson kouma zot dir. Dan gouvernman chacha Ramgoolam mo ti démissionner. Kan mo ti dan parquet monn démissionner pou donn koudme. Avan osi monn démissionner akoz mo garson ? » a-t-il soutenu.