Un homme était poursuivi en Cour de Flacq pour avoir injurié une femme à Petit-Bois, utilisant des « mots dégradants » à son égard. La magistrate Razia Jannoo-Jaunbocus a estimé vendredi dernier que l’accusé avait fait part de son alibi en dernière minute, ce dernier manquant dès lors de crédibilité. L’accusé avait plaidé non-coupable de la charge.
Selon la plaignante, les faits se seraient produits le 18 octobre 2012 à 17h30. Alors qu’elle marchait sur la route de Petit-Bois, l’accusé l’aurait approchée avant de l’injurier. La plaignante affirme qu’elle s’était sentie humiliée car elle se trouvait le jour des faits en compagnie de sa mère.
L’accusé, pour sa part, a nié l’accusation, expliquant lors de son contre-interrogatoire qu’il se trouvait à Goodlands ce soir-là et qu’il était rentré chez lui à 20 heures. Mais la magistrate a qualifié de « plus crédible » la version de la plaignante, estimant que cette dernière n’avait aucune intention de consigner de fausses allégations contre l’accusé. De plus, la juge a trouvé étrange que l’accusé ne fasse part de son alibi qu’au cours du procès alors qu’il n’en avait pas fait mention dans sa déposition à la police. Raison pour laquelle elle l’a trouvé coupable de la charge portée contre lui.