L’enquête de la Major Crime Investigation Team (MCIT) de l’ASP Dieudonné Gérard dans le meurtre d’une Sud-Africaine à l’Anahita Resort dans la nuit du 28 au 29 décembre a débouché sur l’inculpation provisoire de son compagnon. Peter Wayne Roberts, homme d’affaires d’Afrique du Sud et propriétaire d’une villa dans cet établissement de haut standing de l’Est de l’île, a en effet été la dernière personne à avoir vu la victime, Lee-Ann Palmarozza, vivante. Vers minuit, suite à une alerte à disparition s’apparentant à une mise en scène, le corps de la femme avait été retrouvé sans vie dans la piscine de la villa.
L’autopsie pratiquée par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a attribué la cause du décès à une asphyxie avec des hématomes à la tête et à la gorge, et à des traitements de saignement interne. Même si le principal suspect n’avait pas été placé en état d’arrestation au tout début de l’enquête, les hommes de la MCIT avaient privilégié la thèse du “suspected foul play”, avec une surveillance discrète des mouvements du compagnon le temps de compiler les indices susceptibles d’établir un “Prima Facie Case”.
Alors qu’il avait déclaré qu’il allait se mettre à la disposition des enquêteurs et qu’il ne devait rentrer en Afrique du Sud que le 11 janvier, le dénommé Peter Wayne Roberts devait tenter de quitter Maurice le 2 janvier. Sur la base des premières indications fournies par la MCIT, le Passport and Immigration Office devait l’interdire de quitter le territoire avant de le remettre aux mains des hommes de l’ASP Gérard.
Dans un premier temps, le suspect n’avait pu être interrogé, car, sur l’avis du médecin de la police, il avait été admis à la High Security Section de l’hôpital Brown Sequard. Ce ne fut que dans la journée d’hier qu’il a obtenu sa décharge de l’hôpital. En attendant son interrogatoire “under warning”, il a fourni des explications préliminaires au sujet des blessures relevées sur la dépouille de sa compagne qui s’était, semble-t-il, noyée.
L’homme d’affaires sud-africain a comparu hier après-midi devant le tribunal de Flacq sous une inculpation provisoire de meurtre et a été reconduit en cellule policière vu que l’enquête est toujours en cours. Avec les témoignages recueillis sur le déroulement de la soirée du 28 dans la villa occupée par le couple depuis le 26 décembre, la MCIT se dit confiante de pouvoir démolir la thèse avancée sur la cause des blessures. En effet, Peter Wayne Roberts allègue que sa compagne, mère d’un enfant en bas âge, s’était blessée lorsqu’elle a glissé alors que le couple dansait.
Des préposés de l’Anahita Resort interrogés dans le cadre de cette enquête soutiennent cependant que le couple s’était disputé pendant toute la soirée du dimanche 28 décembre et, qu’en au moins trois reprises, la victime était venue solliciter leur aide, soutenant qu’elle subissait des actes de violence de la part de son compagnon. À un certain moment de la nuit, le calme était revenu à la villa avant que Peter Wayne Roberts ne vienne donner l’alerte quant à la disparition de sa compagne, déclarant avoir remarqué son absence alors qu’il sortait de sa douche vers minuit. À peine les recherches avaient-elles été engagées avec le concours des agents de sécurité d’Anahita, que le corps de la jeune femme a été retrouvé flottant dans la piscine.
Par ailleurs, Shaun Palmarozza est arrivé à Maurice hier après-midi en vue de mieux comprendre les circonstances entourant la mort de sa soeur. Dès l’annonce de ce drame, celui-ci avait rejeté la thèse de l’accident. Depuis ce matin, il est entendu à titre de témoin assisté par des membres de la MCIT aux Casernes centrales. Cette séance de travail porte sur le “background” des relations entre Lee-Ann Palmarozza et Peter Wayne Roberts. L’homme d’affaires à succès est également propriétaire d’une flotte de voitures de luxe et de propriétés immobilières haut de gamme en Afrique du Sud et à Maurice. L’enquête se poursuit, avec l’interrogatoire du suspect prévu en cette fin semaine.