Démolition d'une maison pendant le cyclone Dina

Berguitta constitue un danger majeur direct pour Maurice 16 ans après le cyclone Dina, qui avait frappé l’esprit des Mauriciens. L’intense cyclone tropical de catégorie 3 Berguitta nous renvoie donc en 2002..

Flash-Back : Bientôt 16 ans que Maurice a été touchée par Dina, un des cyclones les plus marquants qu’a connus l’île.

Janvier 2002. Dans la nuit du 16 au 17 janvier, Dina qui était encore une perturbation tropicale connait une intensification rapide au point d’atteindre dans l’après-midi du 17 le stade de tempête modérée. Dina ne fait pas que s’intensifier mais brûle les étapes et passe au stade du Cyclone Tropical en un rien, dans l’après-midi du 18 janvier. Phénomène plus qu’extraordinaire puisqu’une tempête modérée prend en moyenne 5 jours pour atteindre ce niveau. La progression de Dina en deux jours est spectaculaire. Les vents qui prennent Maurice d’assaut s’élèvent à 206 km/h.

Dina à son point le plus culminant le 20 janvier 2002

Une cellule de crise en alerte maximale est à pied d’oeuvre pour évaluer la situation et prendre les mesures qui s’imposent. Environ 500 personnes sont relogées dans différents centres de refuge à travers l’île. Le transport aérien est stoppé net, les écoles fermées pour cause d’inondations. Certains établissements subissent de gros dégâts avec plus de 400 mm de pluie et il en est de même pour des habitations.

Les lignes électriques sont touchées, privant une grande partie de l’île de l’alimentation en énergie alors que le réseau téléphonique, lui, est sérieusement endommagé. Par la suite règne un black-out sur l’île. Le pays est coupé du monde extérieur pendant plus de 10 heures. Dans son sillage Dina fait 5 morts avant de poursuivre sa course vers l’île soeur où il fera davantage de dégâts.