La colère gronde du côté des habitants du Morcellement de Chazal à Flic-en-Flac depuis la semaine dernière. Pour cause : l’asphaltage d’une partie de la rue Carrière est au centre d’une véritable polémique. Les habitants, qui dénoncent l’état exécrable des routes du morcellement depuis longtemps, allèguent que la rue Carrière a été uniquement asphaltée jusqu’à l’entrée du bungalow d’un membre influent d’une société socioculturelle.
“Nous avons eu un regain d’espoir quand nous avons vu le déploiement des machines destinés à l’asphaltage des routes dans les environs du morcellement. Les travaux allaient bon train jusqu’à ce que nous constations la semaine dernière que les ouvriers ont plié bagages. Notre espoir fut de courte durée”, raconte un des habitants de la région qui parvient difficilement à cacher sa colère face à cette situation. Il devait alors ajouter que cette interruption des travaux soulève son lot de commentaires compte tenu que ceux-ci ont arrêtés juste à la hauteur de l’entrée du bungalow d’un membre influent d’une société socioculturelle.
“Ont-ils asphalté cette partie du tronçon simplement à cause de ce membre ?” se questionnent les habitants depuis que la confirmation a été obtenue concernant la fin des travaux. En vue d’obtenir des éléments de réponse, ils ont tenté de prendre contact avec les responsables du District Council depuis ces derniers jours. “Nous n’avons reçu aucune réponse de leur part. Ils jouent aux abonnés absents. Quoi qu’il en soit, nous trouvons très surprenant que les travaux s’arrêtent juste à hauteur du bungalow de ce monsieur”, poursuivent des habitants, remontés.
Depuis belle lurette, les habitants du Morcellement de Chazal ont multiplié les démarches pour que les autorités fassent le nécessaire en vue d’asphalter les artères de ce quartier cossu. “Les rues sont quasiment impraticables. C’est un véritable calvaire d’emprunter celles-ci au quotidien. Même si les autorités ne peuvent pas asphalter toutes les rues du morcellement, nous demandons au moins que la rue Carrière, longue d’environ 3 kilomètres et reliant Pasadena Spar à l’hôtel Pearle Beach soit remise en condition afin de soulager les automobilistes”, devaient-ils conclure.