On ne peut certainement pas dire que les dirigeants des 15 clubs enregistrés auprès  la Fédération mauricienne de Natation ne s’intéressent pas à leur discipline. Sur les 45 délégués attendus hier pour l’exercice de renouvèlement des comités exécutifs des cinq régions et le choix des trois représentants de chaque région, seule Sydney Sénézan du CSSC n’a pas répondu présent à l’appel. C’est dire tout l’intérêt que porte les clubs pour la bonne santé de leur fédération, surtout que l’exercice a été conduit de main de maître hier par les hommes d’Iqbal Dahoo de la Commission Électorale. Il semblerait qu’un parfum de changement se profile à l’horizon pour la FMN.
Infos ou intox? On aura une réponse définitive à cette question le samedi 6 avril prochain lorsque les 15 élus d’hier se réuniront pour choisir les 11 membres du prochain comité directeur de la FMN. Encore 30 jours de patience avant que ne prenne fin les 19 mois de souffrance qu’a connu cette discipline en raison d’une décision irréfléchie prise le 20 janvier 2011 par un certain Chief Thomas Okulumbo, qui croyait pouvoir imposer sa loi à Maurice.
Malgré ses travers et ses changements de décision que nous connaissons tous,  le nouveau représentant de la FINA a dénoué la situation de la natation mauriciengrace à pour un dialogue plus contructif. D’abord avec les clubs, puis avec le ministère de la Jeunesse et des Sports et le Comité Olympique Mauricien (COM). Les résultats d’hier, mais surtout l’ambiance bon enfant dans laquelle s’est déroulée cet exercice, qui a duré trois heures, est bien la preuve que le problème au sein de la natation mauricienne était créé de toute pièce.
Tout indique qu’une majorité des clubs ont bien compris l’enjeu de cet exercice et de la nécessité d’un changement au sein de leur fédération. Sinon comment expliquer l’éviction d’Anil Nawjee, «the eyes and the hands» de Doreen Tiborcz depuis l’implosion de la FMN en septembre 2011. Ce n’est pas seulement Anil Nawjee qui a été évincé dans cette joute pour les trois représentants, mais aussi le Blue Bay Swimming Club (BBSC). Même les appels du pieds d’Anil Nawjee envers les délégués de Curepipe au MSC à Belle-Rose avant les élections n’ont pas eu l’effet escompté. Si en décembre 2011, lorsque le Caretaker Committee sous la présidence de Jacques Malié avait fait le même exercice la surprise était venue de cette région lorsqu’un club fictif  le BBSC avait obtenu deux représentants. Alors que la 3e place était allouée Jean-Marie Marie-Jeanne de Curepipe ASA.
Retour de Médgée St-Louis
Non seulement ce dernier a disparu de la circulation, mais tout laisse croire que Richard Meeterjoye a repris la main sur CASA, mais il s’est aussi assuré du soutien du CSSC qui voit un retour dans l’arène de la natation mauricienne de Médgée St-Louis. L’épouse d’Alain St-Louis revient au premier plan après sa démission surprise en 2006 et pourrait même occupée un poste important dans le prochain comité directeur de la FMN. Retour également au premier plan de Richard Meeterjoye qui a été élu en compagnie d’Aline Kong et Harold Lai après un vote parfait de six voix chacun. Les trois représentants de CAPL de la région de Port-Louis ayant choisi de faire bande à part. Le président de PLASA  qui n’a cessé de mener campagne pour un changement au sein de la FMN au lendemain des élections de 2008 effectue un retour en grâce au sein de la natation mauricienne avec son élection après avoir été mis sous silence depuis 2005.
C’est bien le vent du changement et des accords inattendus qui soufflent sur cette discipline… C’est le moins qu’on puisse dire.  La percée de Marie-France Koo du CNSPL à Pamplemousses en est un exemple. Pour l’histoire Bupad et Pamplemousses Dophin Swimming Club gardait cette région comme une forteresse depuis l’avènement de la régionalisation. Aline Kong, comme Harold Lai avait essayé auparavant, mais s’étaient toujours heurté à un mur. La situation actuelle a certainement contribué à faire évoluer les choses et probalement  que Marie-Rose Koo a su trouver les mots pour convaincre les deux clubs. Dans une course à trois clubs la formule 1-1-1 ne peut que faire honneur à cette région.
QB: vive les petits clubs !
On ne peut pas en dire autant pour Quatre-Bornes où le tandem Tiborcz-Seebaluck  reste très pléblicité dans cette région, même si l’ex-présidente de la FMN a été élue qu’avec 6 voix contre 8 à son acolyte. Alors que le président  du CNP —  le club de Doreen Tiborcz — nommément Floyd Fitzgerald a été élu avec 9 voix. Les démarches du CNQB (voir hors texte) ne se sont pas avérées payantes et reste donc la question de savoir si cette région sera représentée dans le prochain comité directeur de la FMN. Par contre pour la région de Beau-Bassin le choix de ses trois représentants était connu avant même des élections. Saluons dans cette région le choix de deux nouvelles têtes avec Jean-Marie Froget, évincé en décembre 2011 pour des raisons que nous ignorons, mais qui sans aucun doute sera un atout  majeur pour la FMN surtout en raison de son pragmatique. Il y a aussi Dominique Seeyave, la présidente du CAMO qui est connue pour sa ténacité, son organisation et ses talents de…volleyeuse. Le trio est complété par  le vieux briscard Lalane Boyjoo.
L’Election Panel qui s’est réuni immédiatement après l’exercice des élections sous la présidence de Mahen Purbhoo en présence de Ben Ekumbo a décidé d’organiser l’Assemblée Générale élective de la FMN le samedi 6 avril.