La filière hôtelière de BlueLife prévoit un redressement cette année. C’est ce qu’indique le rapport trimestriel de cette entité après le constat d’une réduction significative des pertes au premier semestre de cette année par rapport à la période correspondante en 2016.
BlueLife affichait, au 30 juin dernier, des pertes de Rs 72,4 millions, causées notamment par l’absence de revenus découlant des loyers suivant la vente du centre commercial Riverside ainsi que par une dépense exceptionnelle de Rs 8,5 millions durant le trimestre. Au cours du dernier trimestre, la direction du groupe a poursuivi sa politique de vente d’actifs non stratégiques dans le but d’améliorer le flux de trésorerie. La restructuration du capital et de la dette de BlueLife a également été considérée avec des discussions avancées avec les parties prenantes. Les pertes sont en partie attribuables à la baisse des revenus locatifs et des frais de gestion à percevoir sur les projets en cours. Ces baisses n’ont pas permis au groupe de couvrir l’ensemble des frais généraux.
Les résultats du groupe, durant le dernier trimestre, ont aussi été affectés par des pertes de Rs 31 millions du pôle hôtelier. Cependant, avec les effets conjugués d’un nouveau leadership et un taux d’occupation en hausse, les hôtels du groupe ont enregistré une réduction significative de leurs pertes, de l’ordre de 42%, par rapport à celles du 1er semestre 2016. « Nous sommes convaincus que les résultats des hôtels continueront de s’améliorer au deuxième semestre de 2017 avec des pertes réduites de moitié. Si la tendance se maintient, nous pouvons nous attendre à atteindre le seuil de rentabilité en 2018, si ce n’est de renouer avec la profitabilité. Le faible retour sur la location de résidences, pour lesquelles une garantie locative avait été donnée, avait aggravé les pertes liées à notre pôle hôtelier depuis 2014. L’expiration graduelle de ces garanties à partir du deuxième trimestre 2017 a eu un impact positif sur nos résultats et cela continuera jusqu’à l’élimination complète en 2018 », souligne Christine Marot, CEO de BlueLife.
Le pôle de développement immobilier continue de générer des bénéfices, bien que la nature cyclique de l’activité ait conduit à des revenus réduits par rapport à la même période en 2016. Ce pôle bénéficiera toutefois du démarrage de nouveaux projets en 2018. À la fin du deuxième trimestre de cette année, le total des actifs et des actifs nets du groupe s’établissait respectivement à Rs 4,58 milliards et Rs 2,2 milliards.