Le changement de critères de recrutement dans la Fonction publique aura aucun impact négatif sur le système, a fait ressortir le ministre de l’Intégration sociale au Parlement hier. Suren Dayal, qui assure l’intérim à la Fonction publique, réagissait à la déclaration du député de l’Opposition Steve Obeegadoo, qui estime que ce changement aura un impact négatif sur la fonction publique dont « l’excellence est l’épine dorsale de la bonne gouvernance ». M. Obeegadoo a aussi mis le doigt sur les Foundation Courses dont celle offerte par l’EILM, qui « n’est pas accréditée par la Tertiary Education Commission ». Le directeur exécutif de cette institution tertiaire est le frère du ministre Rajesh Jeetah. Celui-ci en a donné la confirmation plus tôt.
Lors de son intervention, le ministre Dayal devait préciser que le candidat doit avoir une formation de base requise pour le poste concerné. « The new policy with respect to qualifications would not have a negative impact on the standard and quality of service delivery in view of the fact that the candidate joining the service with such qualifications should also possess the basics skills and competencies required for the jobs concerned. » Par conséquent, poursuit-il, cette nouvelle mesure ne doit pas être interprétée comme menant à une dévaluation du poste mais être plus en conformité avec le principe d’égalité pour tous.
Suren Dayal a précisé que le gouvernement a demandé au ministère de la Fonction publique de revoir les critères de recrutement pour être en ligne avec les critères d’admission au niveau tertiaire. « On 11 June 2010, after taking cognizance of the above-mentioned measures (ndlr : changement dans les critères d’admission en HSC et à l’université) and the fact that upon completion of their studies either at HSC/Advances level or at university level, most of the persons concerned would certainly look for job opportunities in the local Civil Service. Government invited my ministry to consider reviewing the scheme of service of all entry grades in the Civil Service, to be in line with the entry requirements of tertiary institutions », a déclaré le ministre Dayal au parlement hier.
Suren Dayal rappelle que le ministre de tutelle, A. Gungah avait, en réponse à une question de la députée Ribot le 17 mai 2011, informé le parlement qu’un comité travaille sur le changement des critères de recrutement dans la fonction publique. Le comité, affirme-t-il, avait entre autres proposé que « it would be more appropriate to specify only the highest qualification required for the posts », soit le SC, le HSC ou les diplômes universitaires.
M. Dayal note que « it is the international trend to ask for the highest qualification when advertising vacancy to posts requiring a postgraduate or doctoral degree ». Il affirme que c’est aussi le cas à Singapour. Par conséquent, poursuit-il, le ministère de la Fonction publique « could not remain insensitive to the situation by maintaining the status quo in the qualification requirements of posts at entry level. »
Suren Dayal affirme : « We simply do not want to treat these persons differently by denying them access to job opportunities. » Cependant, poursuit-il, ce sont les « best qualified candidats », qui sont sélectionnés et recrutés.
Le ministre p.i de la Fonction publique indique qu’avant de finaliser la décision, des rencontres ont eu lieu avec les Fédération des syndicats du service civil. Suren Dayal indique qu’environ 600 candidats seront concernés par cette nouvelle mesure. « The procedure for the amendments of schemes of service for the various grades in ministries/departments is ongoing and my ministry will seek the agreeement of the Public Service Commission, after consultation with the Federation of Unions in the Civil Service, in accordance with the Public Service Commission regulations », a conclu M. Dayal.