Intervenant jeudi au Sir Harilall Vaghjee Memorial Hall (Port-Louis) à l’occasion du lancement d’un guide sur l’Enhancement of Work Environment Programme, le ministre de la Fonction publique et des Réformes de l’administration publique a déploré que les Safety and Health Committees des principaux ministères n’obtiennent pas la considération qui leur est due. Sutyadeo Moutia a exhorté les Heads of Department et les Human Resource Officers à mieux considérer les Safety and Health Officers afin de, par ricochet, mieux protéger la santé et la sécurité des fonctionnaires.
« Grâce aux plaintes et autres correspondances qui parviennent à mon bureau, je suis arrivé à la conclusion que les Safety and Health Committees des différents ministères, départements et agences du gouvernement n’obtiennent pas la considération qui leur est due : ils sont ignorés ! » a déploré le ministre Moutia en présence du Senior Chief Executive de son ministère, Sateeaved Seebaluck, de son Permanent Secretary, Iona Melanie Oree, du directeur de l’Occupational Safety and Health Unit, M. Coolen, des représentants des syndicats des fonctionnaires et de plus d’une centaine de hauts cadres de la fonction publique.
Pour étayer ses dires, Sutyadeo Moutia a évoqué un récent cas où il a dit avoir noté une absence de collaboration flagrante entre le HR Department et les Technical Officers dans un ministère clé. « Dans ce cas, je suppose qu’il y a eu confusion entre un congé maladie classique et des absences causées par une maladie professionnelle. Le fonctionnaire concerné a été invité à prendre sa retraite pour des raisons de santé », a-t-il déploré. « Me référant au même cas, je demanderai aux Supervising Officers et aux chefs de départements de s’assurer que les Safety and Health Officers de mon ministère aient accès aux registres des équipements de protection personnels donnés aux travailleurs. Nous réclamons votre support et votre collaboration pour nous assurer que les Safety and Health Committees des départements se rencontrent régulièrement et que des mesures appropriées soient prises en temps et lieu », a élaboré le ministre.
L’orateur a aussi rappelé cette menace à la santé publique que constituait la prolifération de pigeons à l’Emmanuel Anquetil Building et au New Government Centre ainsi que cet accident où un fonctionnaire s’est grièvement blessé quand son pied s’est retrouvé coincé entre les portes d’un ascenseur.
« En 2011, le gouvernement a budgétisé une somme de Rs 34,5 millions pour financer de petits projets pour améliorer l’environnement de travail des fonctionnaires. Et les budgets successifs ont fait provision pour cet Enhancement of Work Environment Programme », a-t-il précisé. « Nous avons malheureusement noté que ce fonds n’était pas utilisé de façon optimale à cause de retards administratifs ou procédurals. L’Occupational Safety and Health Unit de mon ministère m’en tenait informé et nous avons décidé de produire ce guide, qui vise surtout à perfectionner les procédures afin de nous assurer que les ministères clés soumettent des microprojets appropriés et viables qui peuvent être réalisés durant la période budgétaire », a encore expliqué le ministre.
Selon Sutyadeo Moutia, les Safety and Health Officers, « qui ont une mission claire et nette de procéder à des évaluations des risques et à des audits de sécurité », doivent pouvoir bénéficier de tout le support et assistance nécessaire au niveau de leurs ministères respectifs. Il a ajouté que les responsables des ressources humaines des ministères et autres départements du gouvernement doivent comprendre qu’ils sont également en charge du bien-être, de la sécurité et de la santé des fonctionnaires. « Je vais demander à la Human Resource Development Division de mon ministère d’élaborer une formation ciblée pour les Human Resource Officers, plus précisément pour ceux qui travaillent dans des organisations où les fonctionnaires sont exposés aux produits chimiques ou tout autre produit qui requiert une attention et une précaution additionnelles », a-t-il poursuivi.
Le ministre a déploré que nombre de problèmes similaires n’ont ainsi pas trouvé de solution satisfaisante, alors qu’une somme de Rs 28 millions de l’Enhancement of Work Environment Programme n’a pu être déboursée ces trois dernières années. « C’est ce qui explique la raison pour laquelle mon ministère a jugé nécessaire de produire ce guide », a-t-il expliqué. « J’espère que vous allez prendre conscience de la pertinence de l’Enhancement of Work Environment Programme et qu’avec votre collaboration, nous contribuerons à améliorer l’environnement de travail des employés de la fonction publique », a conclu le ministre.