C’est devant une salle comble au Rabita Hall à Port-Louis que le Government Office Attendant Union and Benevolent Fund a tenu hier son assemblée générale. Le rassemblement a été l’occasion pour le président Mahendrasingh Barosa de revendiquer la revalorisation du métier d’Office Attendant.
Pour Mahendrasingh Barosa, président du Government Office Attendant Union and Benevolent Fund (GOAUBF), la revalorisation du métier d’Office Attendant implique une révision salariale et des conditions d’embauche correctes, rappelant que « nombreux sommes-nous qui quittons très tôt nos foyers et familles et rentrons tard chez nous ».
Mahendrasingh Barosa a mis l’accent sur les 282 postes vacants disponibles à ce jour dont « un tiers concerne ceux d’Office Attendant dans la Fonction publique ». « Cela signifie que nous sommes obligés de faire le travail avec une main-d’oeuvre réduite », a lancé le président du GOAUBF.
Le dernier exercice de recrutement d’Office Attendants a eu lieu en 2010. De plus, l’on soutient que bon nombre d’employés auraient démissionné en 2005. Mahendrasingh Barosa a réclamé une étude pour trouver les raisons qui les ont poussés à partir. Il a aussi fait état de 25 promotions pour le poste de Senior Office Attendant toujours en attente. Il a lancé un appel au ministère de la Fonction publique à relancer le dossier.
2012, ajoute le président du GOAUBF, est une année décisive en raison des attentes des Office Attendants concernant le rapport du Pay Research Bureau (PRB). « Fode ki PRB amenn enn saler ziss ek corek pou nou amenn enn lavi corek », explique Mahendrasingh Barosa précisant que les conditions de travail, les scopes of duties et les salaires méritent d’être revus. « Ou enn travayer kouma tou travayer ek ou bizin travay dan dignite ! Fode pa pil lor ou dignite ! » a-t-il lancé sous les applaudissements de ceux présents au Rabita Hall à Port-Louis.
S’agissant de la création d’un Civil Service College, Mahendrasingh Barosa a souhaité que les Office Attendants soient également concernés par le projet. Il a aussi évoqué l’aspect santé et sécurité sur les lieux de travail, réclamant que les officiers aient davantage de pouvoir en vue de prendre les décisions concernant les questions de Health & Safety.
Le président sortant de la Fédération des syndicats du service civil était invité à prendre la parole à l’assemblée générale du GOAUBF. Toolsyraj Benydin a tenu à répondre à ses détracteurs. Il a aussi rappelé les dates et revendications importantes de sa carrière syndicale qui prendra fin dans deux mois pour « me consacrer au travail social ».
L’assemblée générale du GOAUBF a été déclarée ouverte par le ministre de la Fonction publique. Sutyadeo Moutia a invité les Office Attendants à détailler « convenablement » leurs demandes qui, a-t-il assuré, seront prises en compte. La rencontre a débuté par une minute de silence pour les collègues disparus. Le GOAUBF, qui a vu le jour en 1950, compte actuellement 538 membres.