Les recommandations salariales du Pay Research Bureau (PRB), qui doivent être effectives à partir du 1er janvier prochain, franchissent une ultime épreuve en cette fin de semaine avec une revue générale des propositions. Du côté de la direction générale du PRB, l’on affiche la satisfaction d’avoir pu « meet the deadline » de fin septembre pour soumettre le rapport alors que selon les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes, le feu vert du GM pourrait intervenir au cours de la première quinzaine d’octobre. Ce timing permettra au ministère des Finances d’inclure les révisions salariales proposées dans les Budget Estimates 2013 avant la présentation du budget le vendredi 9 novembre. Une indication indépendante à l’effet que le rapport du PRB est prêt est obtenue du côté de l’Imprimerie du Gouvernement, qui est en Stand-By avec d’importantes mesures de sécurité à partir de ce week-end pour l’impression des copies du document.
Au cours de ces deux dernières semaines, le PRB a mis les bouchées doubles pour mettre au point les derniers détails des recommandations salariales. Des sources bien renseignées indiquent qu’une revue générale du rapport 2012 en vue de « tie the loose ends » en très haut lieu est envisagée en cette fin de semaine pour une ultime révision des propositions et de leurs conséquences sur le plan économique aussi bien que politique dans la conjoncture.
Aucune des sources approchées par Le Mauricien n’a voulu s’aventurer pour faire état de plus amples détails sur cette dernière étape avant l’impression du rapport. Néanmoins, le calendrier de travail établi prévoit qu’avec l’impression du rapport bouclée au cours de la semaine prochaine, le volumineux document pourrait être soumis au Premier ministre, Navin Ramgoolam, vers la fin de la semaine prochaine.
De ce fait, avec l’analyse des recommandations des salaires et des nouvelles conditions de service dans la fonction publique et les corps para-étatiques par les services du Prime Minister’s Office et du ministère des Finances, le rapport du PRB devra obtenir le feu vert du Cabinet lors des délibérations du conseil des ministres du vendredi 12 octobre, à moins que le Premier ministre décide de renouer avec la tradition du Special Cabinet Meeting avant la séance du 12 pour se pencher uniquement sur le document.
Des dispositions ont déjà été prises à l’Imprimerie du Gouvernement pour l’impression du rapport. Avec l’exercice de revue de cette fin de semaine, le rapport devra être sous presse à partir de ce week-end. Un système de contrôle à toute épreuve a été adopté avec des hauts cadres du PRB postés au PRB et des caméras de surveillance installées dans des endroits extrêmement sensibles des locaux de l’Imprimerie du Gouvernement. L’objectif est d’éviter toute fuite de ce document attendu par l’ensemble de la fonction publique.
Deux fois l’enveloppe du privé
Quant à la teneur des propositions du rapport, très peu de renseignements ont transpiré jusqu’ici même si des sources autorisées affirment que dans le contexte économique, il faudra s’attendre à ce que le coût de la mise à exécution du rapport soit inférieur aux Rs 5,2 milliards de 2008. Des spéculations tentent d’accréditer la thèse que l’enveloppe financière pour le rapport 2013, payable à partir de janvier 2013, serait de l’ordre de Rs 4,8 milliards. En pratique, la révision salariale pourrait varier dans la fourchette de 18 % à 20 % avec des pointes pour des scarcity areas alors qu’une nette accélération de la mise en place de la retraite à 65 ans au lieu du calendrier en vigueur est également avancée comme une certitude.
Après le rapport à l’intention des fonctionnaires et des employés des corps para-étatiques, le PRB devra s’atteler à soumettre des recommandations salariales pour le président et le vice-président de la République, les membres du gouvernement, les parlementaires aussi bien que les présidents des Boards des corps para-étatiques et autres nominés politiques assumant des fonctions d’Advisers dans la fonction publique.
Traditionnellement, la publication de ce PRB politique intervient presque un mois après celle à l’intention des fonctionnaires. Ainsi, les ministres et députés devront prendre connaissance de leurs honoraires révisés vers le début de novembre prochain. Ces recommandations prendront effet avec l’adoption d’un projet de loi présenté par le Premier ministre à l’Assemblée nationale en marge des débats sur le discours du budget.
En cas de confirmation du coût du PRB à Rs 4,8 milliards, force est de constater que cette enveloppe financière représente le double de celle du secteur privé pour le paiement de la compensation salariale entre Rs 300 et Rs 345 à partir de janvier prochain. Dans la dernière édition des EcoBriefs, la Mauritius Employers Federation (MEF), analysant les retombées des dernières consultations tripartites pour la compensation salariale, évalue le coût à Rs 2,3 milliards. « The total cost of salary compensation, including both direct and indirect costs, can be estimated at Rs 1,162 million in large establishments in the private sector and Rs 2,348 million for the entire private sector », soutient la fédération patronale.