Développement important hier dans le conflit opposant la Government Services Employees Association aux services des pompiers pour le remboursement d’uniformes non-obtenus. En effet, le Senior Chief Executive du ministère de la Fonction publique et des Réformes administratives a indiqué que le High Powered Committee institué à cet effet a accédé à la requête du syndicat pour le paiement en espèces, au lieu de fournir des uniformes, pour les années 2009-2011. Dans le rang syndical, l’on chante victoire tout en affichant de sérieuses craintes quant à la qualité des uniformes reçus récemment.
Dans une correspondance succincte en quatre paragraphes, le ministère indique au président de la GSEA que « the Ministry of Local Government and Outer Islands made a request to this ministry to refer the case for payement of cash in lieu of Uniforms for years 2009-2011 in favour of officers of the Firefighter Cadre of the Fire Services Department to the High Powered Committee. You are hereby informed that the request of the Ministry of Local Government and outer Islands was refered to the High Powered Committee and its meeting held on 6 August 2012, the Committee has approved the request. » Ainsi une requête a été formulée au ministère des Collectivités locales pour entreprendre les actions appropriées à la lumière de la validation du High Powered Committee.
Ce développement intervenu hier est synonyme de bouffée d’air frais pour les représentants des sapeurs-pompiers surtout qu’ils contribuent à l’achat des uniformes dans leur salaire. « Cette très bonne nouvelle au sujet du remboursement des uniformes qui n’ont pas été obtenus fait suite à un combat de longue haleine. Se enn zafer lezitim ki ti dwa nu ! Cependant nous tenons à remercier le chef de Cabinet Suresh Seebaluck ainsi que le ministre Hervé Aimée pour son soutien », affirme Ashraf Buxoo, président de la GSEA Fire Fighters Cadre.
Toutefois, le président du syndicat déplore la « mauvaise qualité » des uniformes et accessoires qu’ont obtenus les pompiers récemment. On laisse entendre que les pantalons, à titre d’exemple, sont confectionnés sans prendre de mesures sur les pompiers au préalable. Ashraf Buxoo avance que 80 % des pompiers de différentes casernes de l’île se sont vus contraints de retourner leurs uniformes pour réajuster la taille.