Intervenant en fin de la semaine dernière au Sir Harilall Vaghjee Hall à Port-Louis lors d’une cérémonie de remise de certificats à des fonctionnaires ayant suivi un « Certified Course in Programme-Based Budgeting and Strategic Management », le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives Sutyadeo Moutia leur a rappelé qu’ils « sont avant tout redevables à la population ».
« Avec le changement rapide qui s’opère dans le paysage socio-économique du pays, la Fonction publique est appelée à faire face à d’énormes défis. Les fonctionnaires doivent s’attendre à être redevables à leurs “stakeholders” parmi lesquels la population cible des programmes ministériels, la société civile, les groupes d’intérêts, les organisations internationales, les partenaires dans le développement et les médias », a déclaré le ministre de la Fonction publique Sutyadeo Moutia. Étaient présents à la cérémonie de remise de certificats le directeur de l’Audit Raj Jugurnauth, le directeur général de l’Université de Technologie de Maurice Dharam Fokeer, le Head Finance Cadre M. Jankee, des Senior Chief Executives, des responsables des ministères, des personnes ressources, des syndicalistes, entre autres.
« Depuis que vous vous êtes joints à la Fonction publique, il y a peut-être 25 ans, la société mauricienne a connu beaucoup de changements. Les clients sont de plus en plus conscients de leurs droits ; il y a des normes internationales à respecter. Avec l’aide des Technologies de l’information et de la Communication, nos concitoyens sont exposés aux pratiques des autres pays. On attend des budgets qui soient sensibles aux genres (“gender-sensitive”) et répondent aux exigences de l’environnement. Il est par conséquent impératif que les fonctionnaires soient tout le temps conscients que les choses ne peuvent plus être comme auparavant. Les affaires doivent pouvoir s’adapter aux circonstances changeantes de la vie moderne », a élaboré Sutyadeo Moutia.
Le ministre a expliqué que la nature changeante de la Fonction publique justifie à elle seule la mise sur pied d’un collège de l’administration publique (Civil Service College). « Je n’ai aucun doute que mon ministère viendra avec des programmes de formation pour satisfaire les besoins spécifiques des différents cadres et répondre aux besoins (pas nécessairement académiques) de développement et d’aptitudes des fonctionnaires », a-t-il ajouté.
Sutyadeo Moutia a aussi affirmé que le gouvernement était bien conscient des attentes des programmes de formation proposés. « Les Programmes Managers doivent s’assurer que les programmes soient réalisés dans les délais impartis, que la qualité ne soit pas en dessous des normes malgré les coûts élevés, que les coûts pour l’approvisionnement des biens et services par le gouvernement ne soient pas élevés, que les critiques du directeur de l’Audit soient prises en compte et que les systèmes de travail soient améliorés afin d’éviter des abus et mauvaises pratiques », a-t-il souligné avant de remettre les certificats aux fonctionnaires concernés.