Camilla Ramsamy, originaire d’Ouzbékistan, 33 ans, a été tuée à coups de couteau par son mari, Nilen Ramsamy, dans la voiture familiale dans un champ de cannes à Cottage, dans la soirée de lundi, après une dispute. L’autopsie pratiquée par le Dr S.K. Gungadin a révélé que la victime a reçu six coups de couteau à l’abdomen et au dos. Le couple a quatre enfants, trois garçons et une fille, âgs de 9 à 3 ans.
Dans sa première version aux enquêteurs de la Criminal Investigation Division (CID) de Piton, le suspect avait allégué que son épouse s’était auto-infligée des coups. “Li finn pik li meme avek enn kouto.” Il est passé aux aveux et a fini par dire qu’il a tué sa femme parce que cette dernière avait quelqu’un d’autre dans sa vie et qu’il ne pouvait plus supporter cette situation.
Ludumee Ramsamy, la mère du suspect, a confié à Week-End qu’elle avait reçu un appel de son fils ce jour-là lui annonçant qu’il allait transporter sa femme Camilla à l’hôpital du Nord parce qu’elle avait été grièvement blessée. “Il ne m’a pas donné plus de détails. Quelque temps après, j’ai vu la police et des membres du CID débarquer chez lui pour prélever des empreintes. J’ai appris que mon fils a été arrêté”, raconte la mère du suspect. Selon Ludeemee, vers 17h, soit quelques minutes après avoir appris la nouvelle, sa belle-fille lui avait confié ses enfants avant de prendre sa voiture pour aller, comme d’habitude, dans une gym de la localité.
Le suspect et la victime avaient fait connaissance à Dubay alors qu’ils travaillaient dans la même compagnie. Ils se sont mariés avant de venir s’installer définitivement dans la maison qu’ils avaient construite dans la cour de leurs proches à Fond-du-Sac. Peu après, Vishnu a pris de l’emploi dans un centre d’appel à Ébène et sa femme comme traductrice dans une agence touristique.
“Zot ti bien ensam tous les deux. Zamais mo fine tan zot laguerre. Mo belle-fille ti touletan gentille. Depi huit ans, zot reste dans la cour, zamais mo finn gagne problème avek li.”
Des voisins rencontrés sur place hier matin abondent dans le même sens. “Vishnu était quelqu’un de sérieux. Accompagné de sa femme et ses quatre enfants, il venait chaque dimanche dire des prières dans un centre à Plaine-des-Papayes. Personne ne sait vraiment ce qui a pu arriver”, a confié Week-End un ami du suspect.