À partir de janvier, une unité de recyclage de verre et de plastique sera opérationnelle à Bel-Ombre. Plankton, projet communautaire sous la Bel Ombre Foundation for Empowerment, est financé par Heritage Resorts à hauteur de Rs 2 millions sous son programme d’action sociale. Tous les mois, l’unité pourra recycler trois tonnes de bouteilles en verre et une demi-tonne de bouteilles en plastique.
La mise en place de ce projet, initié par Bernard Li qui travaillait à la fondation, et réalisé par la nouvelle équipe sous Joseph Ducasse, a de multiples objectifs. Une présentation a eu lieu à Port-Louis la semaine dernière.
Selon Elzette Balgobin, Manager de Bel Ombre Foundation for Empowerment, le projet apporte une réponse environnementale et durable à la question des déchets et rejoint le concept gouvernemental Maurice Ile Durable. Ainsi, il vise à sensibiliser les habitants de la région et contribue à la rendre verte. Mme Balgobin observe que sa concrétisation réduira l’émission carbone des produits car, il n’y aura plus de va-et-vient des camions de ramassage entre la région et les centres d’enfouissement.
Les hôtels de la région, à savoir ceux de Héritage Resorts, Tamassa Resort, Möevenpick Hotels and Resorts, Shanti Maurice, A. Nira Resort et les villas Valriche, entre autres, sont parties prenantes dans le tri des déchets. Ils ont accepté de les fournir à Plankton. Cette unité de recyclage a la capacité de broyer trois tonnes de bouteilles en verre par mois et une demi-tonne en plastique. « Les cannettes en aluminium et le papier seront empaquetés et vendus au poids », fait ressortir Mme Balgobin. La participation des habitants de la région y est incluse. Les bouteilles en plastique et en verre seront achetées à la communauté locale. Mme Balgobin explique que ce sont les organisations non gouvernementales de la région qui auront pour tâche de trier et de leur vendre « ces matières premières ». Une fois collectées, elles seront broyées et converties en agrégats, explique M. Ducasse, qui a aussi fait une chronologie du projet.
Les agrégats de verre, qui sont polis, pourront être utilisés comme filtres pour piscines. Ils ont, selon les promoteurs du projet, une durée de vie de dix ans au lieu de quatre, comme c’est le cas pour le sable utilisé présentement. Selon M. Ducasse, ils présentent une meilleure protection contre les bactéries. L’intervenant indique que le produit devrait être disponible dès 2012 dans les magasins Espace Maison et Jardin. Les agrégats de verre pourront aussi être utilisés pour le nettoyage de bâtiments et le revêtement de sol antidérapant. Selon lui, ils offrent « une meilleure adhérence des véhicules au sol, surtout en cas de pluie ». Ils présentent d’autres atouts : isolation latérale de l’extérieur des sous-sols, stabilisation des pentes, aménagements de golf ou encore à des usages décoratifs. Les bouteilles en plastique, les cannettes ou le papier, quant à eux seront transformés en flocons pour être utilisés différemment.
Le projet pourvoit de l’emploi à sept personnes dont un manutentionnaire, un opérateur et un superviseur. Dans un premier temps, soit durant deux ans, ils seront pris en charge par la fondation, qui assurera leur salaire et soutiendra le marketing du projet. Par la suite, Plankton devrait trouver son indépendance et même rapporter des profits à la petite communauté.