Bronwyn Corbett (CEO de la GRIT) : « The perception around property investment on the continent outside of South Africa is continuously gaining positive momentum »
  • Des profits nets de USD 25,7 millions et un portefeuille d’investissements augmentant de 41% à USD 696,8 millions

La GRIT Real Estate Income Group Limited, fonds immobilier coté à la fois sur les marchés boursiers mauricien, sud-africain et londonien, a terminé l’exercice financier 2017/18 avec des profits après impôt de USD 25,7 millions par rapport à des pertes de USD 7,4 millions en 2016/17, soit une hausse de 447,3%. Le portefeuille d’investissements du groupe a augmenté de manière significative pendant l’année écoulée pour atteindre USD 696, 8 millions au 30 juin 2018. D’autre part, dans son analyse du mois, Axys note que « GRIT [17%] registered large exchanges totaling over 3,5 million shares while gaining on further liquidity. »

Les résultats pour l’année financière écoulée ont été présentés par la CEO du groupe, Bronwyn Corbett, aux “stockbrokers”, actionnaires et autres partie prenantes lors d’une session de travail à l’hôtel Henessy hier matin. Leon Van de Moortele, Chief Financial Officer, s’est également adressé à l’assistance. L’exercice 2017/18 a été très positif pour la GRIT, premier fonds immobilier offrant à des investisseurs internationaux la possibilité de prendre avantage des opportunités offertes par le secteur immobilier dans différents pays d’Afrique, hors Afrique du Sud. Fin juin, la GRIT détenait dans son portefeuille un total de 25 investissements. La valeur du portefeuille est passée en une année de USD 490,4 millions à USD 696,8 millions, soit une progression de 41,1%. La surface locative brute des immeubles (bureaux, centres commerciaux et hôtels, entre autres) a fortement augmenté, passant de 142 899 mètres carrés à 308 157 mètres carrés. Le taux d’occupation est de 97%. Quelque 89% des locataires sont des multinationales.

Les résultats financiers du groupe indiquent que les revenus immobiliers nets ont atteint USD 25,7 millions en 2017/18, contre USD 16,8 millions en 2016/17. Les dépenses opérationnelles en pourcentage des revenus ont diminué, soit de 28,4% à 16,5%. La société a déclaré un dividende final de USD 6,12 par action, portant ainsi le montant total du dividende pour l’année écoulée à USD 12,19, ce qui, souligne la direction, représente un taux de rendement annualisé de 8,5% basé sur le prix d’émission de nouvelles actions en marge de l’introduction de la GRIT sur le marché boursier de Londres. L’objectif est de porter ce taux de rendement à 12% annuellement.

La direction de la GRIT souligne dans son rapport annuel le succès de cette introduction sur le LondonStock Exchange le 31 juillet 2018, et qui avait vu la société lever des capitaux frais de USD 132,2 millions, qui ont été en bonne partie utilisés pour l’acquisition de biens immobiliers au Ghana et au Mozambique. Avec cette émission d’actions, le capital souscrit de la GRIT est aujourd’hui détenu à hauteur de 12% par les « nouveaux » investisseurs britanniques, à 38% par les investisseurs du marché boursier mauricien et à 50% par ceux de la Johannesburg Securities Exchange (JSE). Outre les nouvelles acquisitions ghanéennes et mozambicaines, la GRIT détient dans son portefeuille des investissements importants à Maurice : les murs de l’hôtel Tamassa, le bâtiment abritant les bureaux de la Barclays Mauritius ainsi que des parts de l’ordre de 44,4% dans la Beachcomber Hospitality Investments Ltd (qui détient les murs de trois établissements hôteliers du groupe) depuis août 2017, entre autres. Elle a aussi des intérêts au Botswana, au Kenya, au Maroc et en Zambie. Les cinq “top assets” s’établissent comme suit : Anfa Place Mall au Maroc (15,8% de son portefeuille), Beachcomber à Maurice (15,6% de son portefeuille), Tamassa à Maurice (8,3% de son portefeuille) et Vadacom Mozambique (8,3% de son portefeuille).

Evoquant le paiement d’un dividende plus élevé en 2017/18, Bronwyn Corbett, CEO de la GRIT, souligne que c’est le 9e dividende consécutif déclaré par la compagnie conformément aux prévisions. « The perception around property investment on the continent outside of South Africa is continuously gaining positive momentum, both internationally and on the JSE », indique-t-elle. Selon Bronwyn Corbett, l’adoption des directives de l’European Public Real Estate Associations (EPRA) en matière de déclaration des résultats financiers contribue à la transparence des comptes de la société immobilière. Cette démarche fait suite à la cotation de la GRIT sur le marché londonien, une initiative qui a « significantly raised our profile internationally ». La GRIT compte à l’avenir rechercher un « premium listing » sur la London Stock Exchange.

Par ailleurs, la GRIT a obtenu le feu vert pour se joindre au S&P Africa Frontier Index, l’un des plus importants indices boursiers pour la région africaine et qui suscite l’intérêt des investisseurs internationaux. La GRIT fait déjà partie de l’indice SEM-10 et envisage une inclusion dans le FTSE/JSE All Share Index, le MSCI Frontier Markets Index, entre autres.

Bronwyn Corbett estime que la société a encore une importante marge de croissance et que l’un de ses objectifs est de réduire son taux d’endettement tout en investissant dans des actifs immobiliers de qualité avec des locations de premier ordre.