Le budget 2011/12 l’avait prévu. Et le ministère des Collectivités locales se plie ainsi à l’effort de résilience souhaité. D’ici décembre, l’accord avec la SICOM devrait être finalisé et Rs 688 millions de fonds de pension des collectivités locales seront transférées à la société d’assurance. Il s’agit pour le ministre Hervé Aimée d’un moyen d’assurer la viabilité de ces fonds qui n’avaient jusque-là bénéficié d’aucun rapport actuariel, notamment.
« Cette mesure, annoncée au budget 2011/12, viendra sécuriser les fonds de pension du staff des local authorities », explique le ministre des Collectivités locales Hervé Aimée. Cette décision, qui tombe sans surprise, abonde dans le sens de l’effort de résilience et de professionnalisation de la gestion publique. Fait surprenant, jusque-là, les fonds de pension gérés par les collectivités locales n’avait jamais bénéficié d’un rapport d’actuaire. Hervé Aimée accueille l’initiative comme une occasion « d’évoluer dans l’ère du temps ». Il tenait une conférence de presse ce matin au ministère, au bâtiment Seeneevassen Renganaden à Port-Louis.
Rs 688 millions seront ainsi transférées à la gestion de la State Investment Company (SICOM) d’ici la fin de l’année. Ces transferts des collectivités à la SICOM pourront débuter le 31 août 2012. Les bénéficiaires de cette nouvelle administration sont les futurs retraités à compter du 1er septembre 2012.
Pour ceux ayant déjà pris leur retraite ou prenant leur retraite avant le 1er septembre – ils sont 2 100 et leur fonds total cumule à hauteur des Rs 204 M –, rien ne change. Ils toucheront leur pension du budget courant des collectivités locales.
Pour ceux ayant pris emploi avant le 1er juillet 2008 (à l’époque où le système de contributions n’avait pas encore été instauré) et étant toujours en activité, ce past service liability sera financé par un système “pay as you go”. Ces fonds seront transférés à la SICOM au moment de la retraite.
Les avantages de ce transfert reposent sur les points suivants : l’expertise de la SICOM qui administre notamment plus de 70 fonds privés, une structure favorisant l’efficacité gestionnaire, une supervision actuarielle assurant plus de sécurité, une administration des investissements en temps réel garantissant des retours maximisés à long terme. « SICOM bénéficie de toute l’intelligence requise pour ce type d’opération », résume M. Aimée. Le taux d’intérêts sera le même que celui offert par les collectivités jusque là, soit de 6 à 12 %. Le management fee applicable aux fonds restera à hauteur de 2 % des contributions.
Le ministre Aimée affiche par ailleurs sa satisfaction face aux prérogatives lui étant imparties. Assumant son travail « bien fait », il affirme : « Mo ti bizin fer lalwa la, monn fer li. Election Supervisory Committee envi definir paramet, li fer li. PM Ramgoolam ki desid dat eleksyon, si bizin ena eleksyon, li pou desid sa ». « Kapav pou ena, kapav pa pou ena », ajoute-t-il. Selon lui, « fode pa bakle eleksyon just for the sake ki bizin ena eleksyon ».