L’adoption du Supplementary Appropriation (2010) Bill d’un montant de Rs 3,7 milliards à l’Assemblée nationale le mardi 25 constituera un premier test budgétaire pour le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval. Mais force est de constater que le format est loin d’être la confirmation d’une politique de transparence prônée par le Fonds Monétaire International (FMI) dans le dernier « Mauritius : Public Expenditure and Financial Accountability Assessment » (PEFA). Néanmoins, plus intriguant encore est que l’item des dépenses de Rs 144,7 millions pour le rachat de la clinique MedPoint, « scandale du siècle », qui défraie la chronique depuis le début de l’année est noyé dans des dépenses excédentaires globales pour les Curative Services du ministère de la Santé.
Les parlementaires seront appelés à avaliser des dépenses supplémentaires de l’ordre de Rs 3,7 milliards encourues en 2010 sur la base de détails contenus en 41 lignes sur une seule page A 4. En tout cas, les débats s’annoncent houleux, car les intervenants risquent d’être guillotinés par la présidence de l’Assemblée nationale quand ils tenteront de rechercher des éclaircissements sur le scandale du rachat de la clinique MedPoint des proches du clan Jugnauth. Le paravent Sub judice de l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) pourrait être de nouveau brandi au sein de l’hémicycle pour faire taire tout commentaire sur cette affaire de brûlante actualité.
Encore le document déposé sur la table de l’Assemblée nationale en prévision de ces débats annoncés pour le 25 ne cite nullement nommément le projet de National Geriatric Hospital avec la transformation de la clinique MedPoint. Le nouveau ministre de la Santé, Lormesh Bundhoo, pourra être mis à rude épreuve lors de l’examen en comité de la ligne budgétaire supplémentaire de Rs 303,4 millions pour les Curative Services.
Il n’est pas à écarter de voir le leader du FSM, le député Cehl Meeah, mettre le feu aux poudres sur la question de MedPoint lors des débats sur les dépenses excédentaires en 2010. La nouvelle conjoncture politique, avec la rupture de l’Alliance de l’Avenir, fait que le positionnement des trois principaux partis politiques, le Parti travailliste, le MMM et le MSM, sur le dossier de MedPoint, sera plus qu’intéressant à suivre.
Par ailleurs, deux principaux items du budget émergent des dépenses supplémentaires, soit Rs 1,1 milliard pour de Centrally Managed Initiatives of Governement et Rs 1,1 milliard pour le projet de Competitiveness of the Sugar Cane Sector sous le ministère de l’Agro-Industrie sans aucun autre détail fourni quant à la nature du financement engagé.
Les travaux de construction de routes et de ponts ont nécessité des dépenses supplémentaires de Rs 587,8 millions avec la Santé et les Utilités publiques se retrouvant avec un montant d’un peu plus de Rs 300 millions chacun au-dessus du budget alloué pour 2010.
Parmi les autres dépenses supplémentaires à être sanctionnées, l’on relève une somme de Rs 3 millions pour l’ICAC, Rs 23,7 millions pour le Tourisme, Rs 6,9 millions pour la Jeunesse et des sports.
———————————————————————————————————————————
Le Grand Argentier rencontre les parlementaires du GM
Dans le cadre de l’exercice de consultations pour le prochain budget, le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, prévoit d’animer, mercredi, une séance de travail avec des parlementaires de la majorité réduite du gouvernement. Après avoir écouté individuellement les ministres, il tâtera le pouls des élus de la majorité mais ne faisant pas partie du Conseil des ministres. Leurs propositions et suggestions seront évaluées en vue d’une éventuelle inclusion dans le prochain budget.
———————————————————————————————————————————
Rs 175,4 milliards de dette pour le pays à la fin de juin
Les dernières statistiques publiées par le ministère des Finances confirment le montant de la dette publique à la fin de juin dernier à Rs 175,4 milliards, soit Rs 3 milliards de plus qu’à la fin de décembre de l’année dernière.
Au cours des six premiers mois de l’exercice financier en cours, la dette publique contractée sur le marché local, a augmenté de Rs 1,2 milliards, passant de Rs 128,6 milliards à Rs 129,8 milliards.
De son côté, la dette étrangère du gouvernement est passée de Rs 22,2 milliards à Rs 25,2 milliards. Les emprunts du secteur privé à l’étranger ont progressé de Rs 500 millions de décembre de l’année dernière à juin de cette année pour se retrouver à Rs 3,5 milliards.
———————————————————————————————————————————?
SADC : L’urgence d’un fonds de développement se fait sentir
Les ministres des Finances de la Southern African Development Community (SADC), qui se réunissent ce week-end, ont mis l’accent lors de leurs délibérations sur l’urgence et l’importance d’un SADC Development Fund. La mise sur pied de ce fonds permettra de traduire dans la réalité un Regional Development Agenda pour les Etats-membres de la SADC.
Les pays membres de la SADC représentés au niveau ministériel à la réunion de ce week-end sont l’Angola, le Biotswana, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, la Tanzanie et la Zambie. Le ministre angolais des Finances, Alberto Lopez, assure la présidence.
Le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, a procédé à l’ouverture de la réunion, alors que l’Attorney General, Yatim Varma, a mené la délégation mauricienne pendant une partie de la session ministérielle.
Les ministres des Finances et les gouverneurs de banques centrales de la SADC, qui ont fait le déplacement, seront également présents à la Banque de Maurce demain pour le lancement de l’Afritac du FMI.
———————————————————————————————————————————
Nouvelles coupures bancaires pour Rs 200, Rs 500 et Rs 1 000
De nouveaux billets de banque pour des coupures de Rs 200, Rs 500 et Rs 1 000 sont en circulation depuis vendredi dernier. Ils cohabiteront avec les billets déjà en circulation jusqu’au retrait graduel de ces derniers.
L’image d’un dodo apparaîtra sur les coupures de Rs 200, un cerf et la valeur faciale incorporée en technologie multi-images pour le billet de Rs 500, la fine ligne de sécurité incorporée dans l’épaisseur du billet disparaîtra, laissant sa place à un hologramme de cerf et à la valeur faciale du billet écrit en technologie multi-image.
Pour les coupures de Rs 1 000, la technologie d’image en hologramme dans sa version la plus avancée a été privilégiée avec l’image utilisée étant celle du quartier général de la Banque centrale et une clé.