L’Independent Commission against Corruption (ICAC) a initié une enquête Proprio Motu sur un scandale portant sur l’allocation sans contrôle préalable de contrats d’une valeur de Rs 1 milliard par le Sugar Investment Trust, instance appelée à gérer la participation à hauteur de 35% des petits planteurs de l’industrie sucrière. Pour les besoins de cette enquête, une escouade d’enquêteurs de l’ICAC devaient effectuer une descente des lieux au QG du SIT pour prendre possession des dossiers incriminés en vue de l’interrogatoire de l’ex-CEO Ravin Bholah sur ces dossiers accablants de “mal-administration”.
Toutefois, dans un premier temps, un rapport élaboré par des consultants de PwC devrait être d’une grande utilité. Cet exercice de contrôle, commandité par le ministère de l’Agro-industrie depuis le début de l’année, a délimité les grandes lignes de cette sinistre affaire portant sur une enveloppe financière de Rs 1 milliard.
Le rapport de PwC avance que le management du SIT n’avait obtenu aucun aval légal pour le démarrage d’importants travaux comme le Côte d’Or Integrated/Mixed Property, les immeubles de The Ciore et la NG Tower, à la cybercité d’Ébène et les projets de développements majeurs à l’Île d’Ambre et à Côte-d’Or. Les contrats alloués par le SIT sans avis légal sont d’une valeur de Rs 781,4 millions à Rehm-Grinaker et Rs 122,2 millions à Sotravic. L’ICAC tentera d’établir les circonstances dans lesquelles ces contrats ne portant pas la signature de l’ancien CEO avaient été alloués. Affaire à suivre…