Outre le ruling du juge Bushan Domah de ce matin en faveur de la tenue de la réunion d’urgence exigée par huit membres du comité directeur de la Mauritius Football Association (MFA), les yeux seront aussi braqués demain sur l’assemblée générale extraordinaire fixée à demain (16h30) à Trianon. Un exercice sous haute tension comportant plusieurs enjeux.
Les rumeurs folles circulent à 24h de la tenue de cette assemblée générale où figurent à l’agenda deux motions, soit 1. la réintégration de l’Étoile de l’Ouest en D1 et ; 2. celle de l’UBBRH en D2. Au cas où ces motions seront adoptées, un groupe des quinze signataires a proposé d’inclure une autre motion, soit celle de « no confidence against the President and Members of the National Managing Committee of the MFA. »
Les enjeux sont énormes en vue de cette assemblée générale extraordinaire. D’où l’intention d’un groupe de dirigeants de contester la tenue de cette réunion spéciale car, d’un côté, il estime que le comité directeur de la MFA n’a jamais donné son aval et, de l’autre, cela aurait des répercussions directes qui peuvent déboucher sur de nouvelles élections.
Une injonction est même envisagée. Mais quelques membres n’y sont pas favorables. D’ailleurs, on évoque aussi un manque de quorum à cette AG extraordinaire. Si moins de 19 membres sont présents (sur 37 délégués), elle n’aura pas lieu et les motions ne seront pas adoptées. Des tractations sont en cours en ce sens. Voire même le retrait de quelques membres signataires de cette pétition.
Venons-en aux deux motions. Si elles sont entérinées par la majorité des membres présents, elles changeront certainement les données par rapport aux compétitions de la Premier League, les première et deuxième divisions. En cas de réhabilitation de l’Étoile de l’Ouest, ses points seront-ils recomptabilisés ? Si tel est le cas, le Curepipe Starlight SC retrouvera-t-il sa place chez l’élite ? Qu’adviendra-t-il du Cercle de Joachim, qui se retrouverait alors à la neuvième place ?
Optera-t-on dans ce cas à une Premier League à neuf ? Cela risque de froisser les dirigeants de l’Entente Boulet Rouge, de l’US Highlands et du Faucon Flacq SC. Dans cette perspective, on évoque un retour à une première division à douze clubs.
Ce qui risque de provoquer des étincelles car le titre de champion de l’ASPL 2000 sera remis en question. Il en est de même pour le champion de la D2, Bolton City, qui pourra rester dans la même division. Le nombre d’équipes posera également problème en D2 en cas de réhabilitation de l’USBBRH.
Bref, un remue-ménage est à prévoir. Espérons qu’il n’y ait pas de nouveaux obstacles — d’ego et légaux — mais que les membres sauront prendre les décisions qui s’imposent dans l’intérêt des clubs, des joueurs et du foot mauricien.
En cas de deadlock au niveau de la légitimité du comité directeur, il serait souhaitable qu’un sous-comité soit institué, comprenant des membres du secrétariat, un représentant de chaque groupe (celui de Vinod Persunnoo, du G8 et de l’opposition) pour enclencher les procédures pour le début des compétitions. En attendant que les conflits internes soient réglés.