Le responsable de la sélection féminine de football, le Français Alain Happe, rentré à Maurice dimanche dernier, estime que les compteurs doivent être remis à zéro. Le technicien a d’ailleurs déjà une première liste de joueuses retenues dans le groupe qui prépare activement les JIOI 2015 (1er au 9 août) à La Réunion.
L’entraîneur, qui était en voyage le temps d’une semaine, a laissé un plan de travail à l’entourage du staff technique du Club M féminin « Le staff technique, composé de Jocelyn Permal, Désiré L’Enclume et Daniella Sophie a travaillé sur un programme que j’ai laissé avant mon départ. »
D’ailleurs, une première liste, composée de 40 noms, a été soumise, avec des modifications qui seront apportées en temps et lieu. « Nous avons convoqué des joueuses, qui ont répondu à l’appel. Il y a des filles de Rodrigues et des expatriées qui se joindront au groupe », précise Alain Happe.
Il reste toutefois une grosse interrogation quant à la forme des joueuses d’ailleurs. Il est en effet difficile pour le staff technique de superviser les joueuses à l’étranger. « C’est vraiment une difficulté, mais ce sont des joueuses à voir impérativement. »
Pour l’instant, le Club M féminin se regroupe à raison de deux fois par semaine. Pourtant, les choses sont assez compliquées pour les filles. En effet, le déplacement d’une formation féminine, tout comme une équipe masculine, demande des moyens financiers importants.
« C’est la difficulté à laquelle nous faisons face. Le déplacement d’une équipe féminine coûte aussi cher que celle d’une équipe masculine. »
La solution, pourtant, parait toute trouvée, même s’il faut cependant la mettre en pratique. « J’appelle de tous mes voeux pieux, et j’insiste là-dessus, que les filles jouent contre les équipes masculines de U15 et U17. »
L’idée, si elle est acceptée, pourrait donc favoriser les desseins de la sélection féminine pendant sa préparation. « C’est une pratique qui se fait en France. Jusqu’à 15 ans, les filles jouent en mixité », poursuit Alain Happe.
Cependant, il explique que les filles ne pourront se confronter aux garçons de moins de 19 ans « pour une question de rythme. » Le staff travaille donc afin de mettre une commission technique autour de la sélection féminine. « Le but est de travailler afin d’atteindre un palier supérieur », conclut-il.