Allons nous devoir tirer des similitudes entre l’élection du Comité Olympique Mauricien (COM), qui a été renvoyé au calende grecque et celle de la Mauritius Football Association (MFA), prévue pour ce vendredi au Sepp Blatter House à Trianon. En tout cas, il y a des ressemblances tant la tension est palpable dans un camp  comme dans l’autre. A un point que hier le groupe de l’alternance mené par Anwar Elahee a annoncé à Week-End le boycotte de son groupe pour les élections de vendredi. «Il est vrai que ma candidature en tant que président a été envoyée à la MFA depuis la semaine dernière, soit avant la date d’expiration le 27 septembre. Mais reste que nous avons décidé de boycotter ces élections en raison d’un nombre incalculables de vice de procédures. C’est honteux que la MFA soit arrivée à ce niveau pour permettre à des arrivistes de rester au pouvoir et de continuer cette politique qui nuit à notre football depuis trois ans», a expliqué à Week-End en début d’après-midi hier Anwar Elahee.
C’est ce qu’on appel donc un coup de théâtre inattendu dans ce dossier où pourtant les choses évoluaient dans la bonne direction en faveur du groupe de l’alternance. Mais les évènements de la semaine écoulée a fait que la direction de cette élection a complètement changé grâce à un élément important. La décision de Nazir Bhowud, Prem Jodha et de Vishal Gomanee de «cross the floor» pour rejoindre l’équipe de Samir Sobha. Ces trois éléments qui ont travaillé ces sept dernières années ensemble ont décidé, eux qui ont animé des réunions et des conférences de presse côte à côte, de prendre la voie de la traitrise. A bien des égards ce ne fut pas étonnant quand on sait que ce principe fait parti de leur ADN puisque Prem Jodha a trahi Vinod Persunnoo pour devenir en 2004 président de la MFA et Nazir Bhowud pour assumer le poste de trésorier sous Jodha.
Hier au téléphone Anwar Elahee semble avoir accusé le coup, mais ne veut pas concédé la défaite en dépit du fait qu’aucun membre de son équipe n’a posé de candidature pour les autres postes à pouvoir au sein de la future direction de la MFA. «Je ne veux pas m’attarder sur la décision de ces personnes, même si je vous avoue que cela fait mal. Mais mon combat pour redorer le blason du football mauricien continu. C’est un combat noble que je mène depuis des années,et encore plus ces trois dernières années. Mon adversaire, Samir Sobha a choisi d’opter pour des transferts alors que la période est déjà clos. C’est de bonne guerre, mais je laisse ces personnes à leur conscience. Sur Prem et Nazir qui savent ce que nous avons essayé de faire après notre défaite de 2010», renchérit Anwar Elahee.
Le match dans le match
Ce dernier sera seul contre tous ce vendredi puisque personne dans son équipe n’est candidat. Par contre la liste que nous avons pu obtenir d’un membre du secrétariat de la MFA hier matin laisse clairement comprendre la décision de Samir Sobah de sursoir son autorité sur la MFA. Pour preuve, l’ex-futur président de la MFA a mis en place la défaite de Vinod Persunnoo pour le poste de vice-président au niveau de la D2. Sinon Gérard Barbier de la Cure Wave — qui en passant avait représenté Starling lors des élections régionaux de Port-Louis — dont on connait le pouvoir de contrôle de Samir Sobha sur ce club portlouisien n’aurait pas été candidat. Un match dans le match. C’est aussi le cas de le dire pour le poste de vice-président pour la D1 ou Rajen Armoogum, connu pour être un proche de Vinod Persunoo a trouvé en Vishal Gomanee un adversaire coriace. Par contre Prem Jodha semble avoir bien négocié son retour au sein de la MFA puisqu’il est seul à ce poste, alors que Mario Thomas, autre proche de Vinod Persunnoo et vice-président sortant du comité se voit «autorisé» à n’être que membre. Il ne vaut pas plus que cela probablement à estimé Samir Sobha.
Mais cette assemblée a-t-elle a raison d’être? Comme nous avons indiqué dans notre édition de la semaine dernière la FIFA a bien écrit à la MFA sur un ton assez sévère pour condamner la manière dont cet exercice est organisé. La FIFA a demandé dans sa lettre, qui a fait l’objet mardi d’une réunion de l’exécutif de la MFA mais sans Vinod Persunnoo, à la fédération d’organiser une assemblée selon les prévisions des statuts. C’est à dire une assemblée générale où il y a un bilan du président, un bilan financier et un bilan technique entre autres. Genève a même donné à la MFA jusqu’au 31 décembre pour respecter ces conditions et organiser son assemblée. La MFA sous la présidence de Samir Sobha mardi dernier a décidé de passer outre la décision de la FIFA et a demandé à l’acting secretary, Pathak Ballgobin, d’aller de l’avant avec l’élection nationale du 11 octobre et d’en avisé la FIFA. En retour cette dernière a demandé à la MFA de venir de l’avant avec une motion à l’assemblée pour avoir une majorité de voix pour  que ladite assemblée élective se tienne dans ces conditions.
Sept jours à repecter
Or selon les statuts, il faut sept jours avant qu’une telle assemblée soit convoquée, alors que selon ces mêmes statuts si un agenda est sorti il n’est pas modifiable. «Nous avons devant nous une démarche claire et flagrante de vice de procédures dans l’organisation de ces élections. Si on fait la liste au niveau régional c’est encore pire», avance Anwar Elahee, qui sent qu’on est en train de lui voler son élection. En effet, il a constaté une pluie de vice de procédures dans cette exercice. Par exemple, la date de candidature pour le poste de président a été arrêté le 27 septembre alors que les élections dans trois comités régionaux à savoir Quatre-Bornes (30 septembre), Vacoas-Phoenix (1er octobre) et Curepipe (3 octobre) n’avaient pas encore été tenues. De ce fait les représentants de ces trois régions ont été privés de leur droit de faire acte de candidature pour la présidence de la MFA.  Le Comité régional de Curepipe qui a vu vendredi la défaite de Samir Sobha, qui n’a pu faire élire son représentant, n’a pas vote son by-laws. Des formes de candidature n’ont pas été envoyées par la poste, comme il est recommandé, mais  à circuler de main en main ou par personne interposée. Alors que certains ont eu des formes avec le sceau de la MFA d’autres non. La dernière en date c’est la liste des candidats qui devait être déjà en possessions des 39 délégués, mais cette clause de statuts n’est pas respectée.
Si donc sur ce qui représentant le démocratie au sein de la MFA est baffoué allègrement afin de permettre à Samir Sobha de rester au pouvoir. On se demande bien de quoi sera fait les quatre prochaines années au Football House?
Imaginons déjà…