C’est contre vents et marées que le Baladirou SC, qui regroupe en bonne partie des pêcheurs au sein de son effectif, se démène pour rester au top du football à Rodrigues. Éliminés de la MFA Cup au stade des 8es de finale dimanche dernier à Curepipe face au Pamplemousses SC (3-1), les protégés de Mané Azie se concentrent maintenant sur la défense de leur titre en championnat.
Depuis sa création en décembre 2006, Baladirou a connu un parcours fulgurant. Aujourd’hui, le club évolue en division supérieure et ce, après avoir remporté successivement le titre en D3 (2007), D2 (2008) et D1 (2009) avant de décrocher son premier titre suprême en 2013 après avoir affronté Latanier lors d’un play-off disputé en deux manches (2-0, 1-1) pour terminer champion. Considérée comme une des équipes phares de l’île, Baladirou a également remporté en deux occasions la Rodrigues Cup (2012 et 2013) et la Republic Cup en 2011 après sa victoire 2-0 sur Flamingo.
« Baladirou est une équipe très soudée. Nous avons des joueurs et des dirigeants qui ont à coeur le football. Depuis son existence, Baladirou est devenu une fierté de sa région à Rodrigues », avance Mané Azie, qui a rejoint l’équipe depuis 2008. C’est grâce à cette solidarité entre joueurs et dirigeants que Baladirou parvient à faire fi des obstacles. Ce n’est que récemment que l’équipe a bénéficié d’un terrain de football afin de s’entraîner correctement. Même si l’état du terrain reste à désirer, Mané Azie sait au moins qu’il a une infrastructure pour ses séances.
« Auparavant, l’équipe attendait la marée basse pour s’entraîner en mer dans un périmètre restreint. On faisait l’essentiel. Malgré ces difficultés, les joueurs avaient toujours cette ambition d’aller plus loin », raconte l’entraîneur.
Mané Azie reconnaît qu’il arrive parfois qu’il ne peut faire des séances poussées en raison de l’état physique de ses joueurs, dont beaucoup sont des pêcheurs, après une dure journée. « Ce n’est pas évident de planifier une séance d’entraînement. Bien souvent, il faut les modifier. Mais ce qui est encourageant, c’est que l’équipe toute entière est dévouée et va dans la même direction ».
En ce qui concerne les sponsors, Baladirou, comme d’autres formations, se retrouve souvent au creux de la vague. Toutefois, Mané Azie indique qu’il obtient des soutiens ci et là. L’entraîneur de Baladirou ajoute que le comité directeur travaille sur un plan d’action quadriennal afin de permettre à l’équipe d’atteindre progressivement les objectifs qu’il s’est fixés.
La délégation de Baladirou, forte de 25 personnes à Maurice depuis jeudi dernier dans le cadre de la MFA Cup, s’est envolée hier. Mané Azie estime avoir eu un bon accueil durant le séjour et compte retourner l’année prochaine avec un groupe mieux préparé. « Nous avons des joueurs et des dirigeants de bonne volonté. Nous sommes sûrs de pouvoir faire une meilleure prestation en MFA Cup dans le futur », fait-il ressortir.