La jeune formation de Baladirou Sporting Club, six ans d’existence seulement, a récemment remporté la Rodrigues Cup, compétition organisée dans le cadre des activités marquant les dix ans de l’accession de Rodrigues à l’autonomie. Une victoire acquise aux dépens de Barbados, sur le terrain de Grande Montagne, à l’issue des tirs aux buts (5-4) après un score de parité (1-1) à la fin du temps réglementaire. Une victoire  qui donne encore plus de confiance à cette formation qui vise, cette année, le titre de champion après deux deuxième places (2010 et 2011).
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Baladirou SC n’a cessé de progresser depuis sa création en 2006. Après avoir gravit les échelons au fil des années en remportant le titre de champion régional, de deuxième et première division, cette formation a rejoint l’élite, soit la Premiership, il y a deux ans. Et au cours de ces deux ans justement, Baladirou SC n’a cessé de progresser pour terminer deux fois runner-up et gagné récemment la Rodrigues Cup, une compétition réservée aux équipes de première et de deuxième division. Battus en finale de cette même compétition, l’année dernière, par le champion de Rodrigues 2010 et 2011, à savoir Lataniers, les joueurs de Maney Azie n’ont pas raté l’occasion de faire parler d’eux cette fois.
Pour l’entraîneur, cette coupe tombe à point nommé surtout à l’heure où le club fête ses six ans d’existence. « C’est une grande satisfaction pour les joueurs, l’entraîneur, les dirigeants et surtout les habitants de Baladirou que de remporter ce tournoi. Nous sommes encore plus fiers d’autant que cette consécration a été acquise dans des conditions très difficiles. Nous n’avons pas de sponsors et financièrement, il est très difficile de maintenir la tête hors de l’eau. Grâce au soutien de quelques personnes de bonne volonté, on arrive tant bien que mal à fonctionner », a déclaré Maney Azie.
Le soutien des sponsors recherché
Qui plus est, il a ajouté que sur les 11 joueurs de départ, un est fonctionnaire, alors que le reste est soit maçon, soit planteur, soit pêcheur. « Nous faisons un appel aux firmes pour qu’ils nous soutiennent, car ces jeunes ont du potentiel. Nous faisons de notre mieux pour aider les jeunes du village et nous espérons être soutenus financièrement, afin de poursuivre ce projet. Nous avons même lancé une équipe féminine », a souligné Maney Azie.
Malgré ces difficultés, les joueurs sont motivés et déterminés, a-t-il ajouté, à se donner à fond pour faire honneur au village. Ce qui fait encore plus plaisir à Maney Azie c’est le fait d’avoir pris le risque de lancer plusieurs jeunes dans le bain. « La moyenne d’âge de l’équipe est de 23 ans, alors que le plus jeune est âgé de 17 ans. Nous avons pris des risques et nous sommes aujourd’hui très heureux d’avoir réussi ce pari. Je remercie donc les joueurs pour leur dévotion, mais également les habitants du village, lesquels nous ont toujours soutenu », a déclaré fièrement l’entraîneur de Baladirou SC.
Cette victoire dans la Rodrigues Cup est, en somme, une motivation supplémentaire pour toute l’équipe de s’attaquer à l’objectif principal, qui est de remporter le championnat après deux tentatives infructueuses. Maney Azie et ses joueurs y croient fermement, d’autant qu’après sept matches, Port Mathurin ne possède qu’un tout petit point d’avance (11) en tête du classement. De plus, Baladirou possède deux matches en moins ! « Sincèrement, je suis convaincu que nous avons les moyens de bien faire. Nous pratiquons un football plaisant et du reste, nous avons des supporters un peu partout à travers l’île », a indiqué Maney Azie.
Depuis qu’il a pris l’équipe en 2008, l’entraîneur estime que son groupe n’a fait que progresser. Il espère même un jour participer à la MFA Cup et c’est la raison pour laquelle il dira travailler sur un système de jeu axé sur la vitesse. « A Maurice, les équipes jouent vite et si nous voulons rivaliser avec elles, nous devons en faire de même », a-t-il dit. Sa vision, Maney Azie l’a imaginé sur cinq ans. « Lorsque j’ai pris l’équipe en main en 2008, mon objectif sur cinq ans était donner des bases pour qu’au moins un ou deux joueurs puissent être mis à l’essai à La Réunion. Nous sommes dans les temps et nous avons aussi des contacts à l’île soeur. Ce qui nous manque, c’est le soutien d’un sponsor », a indiqué Maney Azie.
Pour conclure, l’entraîneur de Baladirou a dit souhaiter pouvoir participer à un stage de formation de la Mauritius Football Association de Licence C, après avoir déjà suivi le Niveau 1. « Je pense que j’ai beaucoup encore à apporter au football rodriguais. Si j’ai les moyens de parfaire mes connaissances davantage, cela me permettra de faire encore plus », a-t-il conclu.