Le derby du Nord de l’île entre l’Association Sportive de Rivière-du-Rempart et Pamplemousses s’est soldé sur un nul de deux buts partout, hier après-midi au stade Anjalay. Un bon point pour les Verts dans la lutte au maintien, mais un mauvais résultat pour les coéquipiers de Colin Bell dans la course au titre. Quoi qu’il en soit, les deux formations peuvent nourrir des regrets.
Pamplemousses avait l’occasion de revenir sur le leader Roche-Bois Bolton City, qui avait été accroché vendredi par l’Association Sportive de Quatre-Bornes (1-1). Mais la bande à Tony François n’a pas été en mesure de prendre les trois points. « Il y a un peu de déception, bien évidemment. Nous avons commis trop d’erreurs défensives et notre adversaire en a profité. Nous avons beaucoup de blessés derrière notamment Walter St Martin. Dans l’ensemble, c’était d’un niveau correct, mais nous nous devons d’être beaucoup plus tueurs devant le but », a déclaré le coach. En première période, les deux équipes ont mis du temps à rentrer dans le match, avec notamment beaucoup d’imprécisions dans le jeu et de déchets techniques de part et d’autre.
Sans oublier que pour ce derby, les supporters pouvaient se compter sur les doigts de la main. Pas évident dans ces conditions de se transcender surtout quand le mauvais temps est au rendez-vous et que le métabolisme en a pris pour son grade avec l’enchaînement des rencontres. C’est le jeune et prometteur ailier offensif Kengy Saramandif qui a mis Pamplemousses sur orbite à la 25e minute de jeu, suite à une belle contre-attaque. Idéalement lancé par le Malgache Fabrini Razah, le minot ne s’est pas fait prier pour tenter une belle reprise du droit qui n’a laissé aucune chance au gardien Godfrey Abrefa. Le derby était lancé.
Et à la 34e minute, sur un manque de concentration de la défense, Pascal Luidialam a ajusté parfaitement Kevin Jean-Louis d’une frappe du droit bien croisée qui n’a laissé aucune chance au no 1 de Maurice. 1-1. Tout était à refaire. Mais les blancs et bleues en avaient encore sous le pied et ce n’est pas pour rien que l’équipe possède l’une des attaques les plus prolifiques du championnat. Très remuant depuis le début de la partie, Razah a trouvé une ouverture entre les défenseurs pour ajuster Abrefa à la 39e minute. 2-1 pour Pamplemousses, le score en reste là à la mi-temps.
À la sortie des vestiaires, Pamplemousses a tenté le tout pour le tout pour faire le break, mais l’ASRR a trouvé les ressources pour égaliser grâce à Nick Curpenen (75e). Durant les quinze dernières minutes de la partie, les deux clubs ont lutté pour marquer le but de la victoire. Brandly Zizi Ratovonirina a heurté le poteau à la 84e minute alors que Jesson Rungassamy, de l’autre côté, a sollicité Kevin Jean-Louis dans un angle fermé, qui a heurté également le montant droit. À trois minutes de la fin, Kevin Perticots a la balle de match au bout du pied, lui qui s’est retrouvé en un contre un contre Abrefa. Sa frappe a toutefois été détournée par le gardien.
Steve Curpanen, l’entraîneur de l’ASRR, estime que ce nul est bon à prendre. « C’est un bon résultat pour nous, mais nous pouvons nourrir des regrets. Pamplemousses était prenable aujourd’hui (ndlr: hier), mais n’avons pas pu marquer le but de la gagne. Ce match se termine sur un goût d’inachevé mais ça fait partie des aléas du football. J’estime que nous avons un peu trop respecté cette équipe de Pamplemousses en première période et nous n’avons pas été assez libérés. Nous devons continuer à travailler pour nous améliorer », a-t-il fait ressortir. Dans le même temps, au stade Anjalay, le champion en titre, l’ASPL 2000, a été tenu en échec par Savanne sur le score d’un but partout. Une mauvaise opération.