Le Curepipe Starlight, formation phare de la Ville Lumière, est actuellement dans une mauvaise passe. Lanterne rouge du championnat professionnel local de la Barclays Mauritius Premier League (BMPL), l’équipe curepipienne évoluera la saison prochaine en division inférieure après une année cauchemardesque, ponctuée de 23 défaites, 6 nuls et 7 victoires en 36 matches de championnats. La bande à Sarjoo Gowreensunkur a d’ailleurs encaissé 64 buts et en a marqué 39. C’est une page qui se tourne pour ce club phare, ayant glané quatre titres de champion de Maurice lors des saisons 2006/2007, 2007/2008, 2008/2009 et 2012/2013 ainsi que la MFA Cup (2) et la Coupe de la République (2). Sans oublier des participations aux éliminatoires de la Ligue des Champions africaine.
Mais voilà, le club n’est plus ce qu’il était et l’heure est désormais à la reconstruction. « Il y a plusieurs facteurs qui ont précipité la chute du club. Les joueurs étrangers recrutés n’ont pas été au niveau et je pense également avoir placé ma confiance dans les mauvaises personnes. Nous sommes également en fin de cycle et, cette fois-ci, nous allons beaucoup miser sur les jeunes de la région de Curepipe pour progresser et retrouver dans un avenir proche notre lustre d’antan », a indiqué le directeur technique du club, Sarjoo Gowreesunkur. Ce dernier a notamment fait ressortir qu’il est à blâmer. « J’ai ma part de responsabilité dans cet échec », dit-il, « mon erreur a été de ne pas changer mes méthodes de coaching avec l’avènement du football professionnel. C’est pour cette raison que j’ai laissé ma place à un autre entraîneur au mois de décembre. C’est le gros échec de ma carrière d’entraîneur. On apprend à tout âge et je ferai en sorte de ne plus commettre les mêmes erreurs ».
Des changements seront apportés au sein de cette formation qui, pour l’instant, ne trouve toujours pas le bout du tunnel.