L’arbitre mauricien Rajindraparsad Seechurn est rentré au pays jeudi dernier à la suite de son arbitrage lors du quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) opposant le pays hôte, la Guinée Équatoriale à la Tunisie. Il a été suspendu pour six mois par la Confédération Africaine de Football (CAF), cette instance lui reprochant de ne pas avoir permis à la rencontre de se dérouler sereinement. Pour rappel, cette suspension était intervenue après que des officiels tunisiens, notamment le sélectionneur Georges Leekens, aient déclaré que son arbitrage avait été trop complaisant avec la sélection locale. Il lui a également été reproché d’avoir sifflé un penalty pour le moins controversé en faveur de la Guinée Équatoriale dans le temps additionnel de la deuxième période.
Mais Rajindraparsad Seechurn a tenu à se défendre. « Je n’ai rien à me reprocher parce que je considère avoir bien fait mon boulot. D’ailleurs, avec deux autres arbitres, j’ai arbitré trois matches de la CAN, le premier entre le Burkina Faso et le Gabon dans le groupe A et le deuxième entre le Sénégal et l’Algérie dans un match à fort enjeu. J’ai aussi agi comme quatrième arbitre du match entre l’Afrique du Sud et le Sénégal. Si j’étais aussi médiocre, on m’aurait fait prendre la porte de sortie plus tôt dans la compétition. J’avais même la possibilité d’être éligible pour la finale », explique-t-il.
Il soutient, « J’officie au plus haut niveau depuis maintenant 10 ans. J’en suis à ma quatrième CAN après ceux de 2010 (Angola), 2012 (Guinée Équatoriale-Gabon) et 2013 (Afrique du Sud). Je dois dire que j’ai été très fragilisé par ces évènements. Les trois jours suivant le match ont été un véritable calvaire mais heureusement que j’ai eu le soutien de ma famille, des dirigeants de la Mauritius Football Association (MFA) dont le président Samir Sobha ainsi qu’Alain Lim Kee Chong, ancien arbitre international. Le giron footballistique local m’a beaucoup aidé », souligne notre interlocuteur. 
À noter que l’arbitre mauricien a rencontré le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, ce dernier l’ayant félicité pour sa prestation à la CAN 2015, lui exprimant sa solidarité après ces évènements. « Je le redirai encore et encore, j’ai agi en mon âme et conscience. Je reste fidèle à mes convictions car je n’ai pas fauté. »