L’ouverture du score par Mutamba Pistone Vunyoli (n°9), alors que Gregory Nany tente une sortie hasardeuse

La sélection mauricienne des moins de 23 ans a subi encore un revers dans la phase éliminatoire de la CAN U23. Dimanche au stade Anjalay, rouvert spécialement pour l’occasion, la bande à Sakoor Boodhun a courbé l’échine contre le Kenya en match retour (1- 3).

Battu 5-0 à l’aller par une sélection kenyane nettement supérieure, et sur tous les plans, il fallait un miracle pour que le Baby Club M renverse la vapeur. Mais non, les Kenyans, sans aucune pression, ont mis au pas leur adversaire du jour. Certes, il y a eu du mieux dans le jeu. « Nous étions décomplexés cette fois. Il nous fallait cette première sortie pour avoir du temps de jeu », dit Sakoor Boodhun, l’entraîneur de la sélection mauricienne. D’ailleurs, si les Kenyans évoluent sans pression, les Mauriciens, eux, veulent séduire le petit public qui a bravé les éléments pour venir les soutenir. S’ils prennent parfois la rencontre à leur compte, ils n’arrivent pas à trouver le bon geste pour la finition.

« Personnellement, je suis fier des joueurs. Ils ont montré du caractère après avoir subi à l’aller. Je leur avais dit que le premier match leur serait bénéfique », analyse le technicien. C’est sans complexe que le Baby Club M défend ses buts, jusqu’à l’ouverture du score par Mutamba Pistone Vunyoli sur un corner (40e). Il faut noter que, juste avant, Grégory Nany avait effectué un bel arrêt réflexe sur une offensive kenyane. « Aujourd’hui, nous étions plus agressifs, plus concentrés. C’est dommage de prendre des buts. Mais on n’a pas à rougir : ils marquent grâce à leurs qualités individuelles », ajoute Sakoor Boodhun. Après la mi-temps, l’avantage est kenyan. Le Baby Club M tient bon. Mais comme le terrain, il prend l’eau. Comme ce but, à la 56ee, signé Ovella Ocheng. Le Kenya hérite d’un coup franc aux abords de la surface de réparation.

Le n°7 ajuste Nany, sorti de manière trop hasardeuse, et envoie le ballon directement dans la lucarne (2-0). Puis, à la 66e, James Mazembe s’offre le but du break, enfonçant le dernier clou dans le cercueil du Baby Club M. Maurice a bien l’occasion de revenir dans la rencontre, grâce à Kengy Saramandiff qui, à la 79e, se retrouve seul face au portier kenyan. Mais il croisera trop son tir. La réduction du score arrivera par le capitaine, Adel Langue, auteur lui aussi d’un coup franc direct qui ira se loger dans les buts de David Owino (85e).

Au combiné, le Kenya s’impose 8-1 sur les deux rencontres. Le sélectionneur attribue les deux défaites du Baby Club M à un manque de temps pour la préparation. « Il y a des joueurs qui travaillent et ils n’ont pas joué pendant six mois. Là, on a disputé une rencontre face à une équipe qui a du rythme. Je tire mon chapeau aux joueurs », conclut-il.