Le match en retard de la 14e journée de la Premier League entre Pamplemousses et le Curepipe Starlight SC (CSSC), prévu hier au stade Auguste-Vollaire (Flacq), n’a pu avoir lieu en raison de l’absence du corps arbitral.
Qui doit assumer ce (honteux) fond bond de l’arbitrage. Le secrétariat de la MFA ou le comité ayant la responsabilité de désigner les arbitres pour les matches.
En tout cas, personne ne veut assumer pareille responsabilité de l’absence honteuse des arbitres au stade Anjalay hier. Et à la Football House à Trianon on ne fait que passer la balle d’un camp à l’autre. La responsabilité serait un vain mot à Trianon.
Les deux équipes concernées étaient à bout hier. Depuis 17h15, les joueurs du CSSC et de Pamplemousses étaient sur la pelouse et avaient déjà commencé l’échauffement. Les team managers des deux équipes faisaient le va-et-vient entre le terrain et les vestiaires des arbitres afin de soumettre leur feuille de match respective.
Au coup de 18h, heure à laquelle le coup d’envoi devait être donné, le corps arbitral (l’arbitre, ses deux assistants et même le commissaire) n’avait toujours pas fait son apparition.
Devant ce fait rarissime, le team manager du CSSC, Cyril George, a tenté sans succès d’avoir un responsable de la commission des arbitres. Tout le monde jouait aux abonnés absents. Le team manager du CSSC a fini par prendre contact avec le secrétaire général par intérim de la MFA, Patahk Ballgobin, pour connaître la marche à suivre. C’est à l’issue de leur discussion que ceux qui ont fait déplacement au Auguste-Vollaire pour rien, ont su que le match ne sera pas joué faute d’arbitres.
La déception était telle que joueurs et dirigeants ont laissé entendre que les équipes sont mal considérées et que l’amateurisme a atteint son apogée à Trianon.
« C’est vraiment navrant ce qu’on a vécu aujourd’hui (Ndlr : hier). C’est la première fois que je me retrouve devant une telle situation où l’arbitre fait fi à ses obligations. La MFA doit nous rembourser les dépenses encourues pour ce match. Et il faut situer les responsabilités », a fait ressortir le team manager du CSSC.
« Pour un niveau pareil, voilà la considération accordée aux équipes de Premier League. Les joueurs ont du prendre une permission au travail pour pouvoir jouer ce match et voilà la suite les arbitres sont absents. Les responsables n’ont pas eu la décence de nous avertir plus tôt. Cela nous aurait évité de faire le déplacement pour rien», a soutenu de son côté le team manager de Pamplemousses, Roopesh Neerunjun.
Sollicités, Fidy Rasoanaivo et Henri Spéville, entraîneurs du CSSC et de Pamplemousses respectivement n’ont pas souhaité faire de commentaire, préférant, disent-ils, que le public tire sa propre conclusion.
Soulignons que trois matches étaient au programme hier concernant les préliminaires de la MFA Cup.