Nous avons affaire à une génération dorée, qu’il faudra couver, protéger et surtout faire grandir… Eux, ce sont les Loïc Michel, les frères Aristide (David et Yannick), Caylan Wilson, Dylan Hypolite et autres Ludovic Milazar pour ne citer qu’eux.
Ils ont un avenir qui s’annonce prometteur dans le football. « Ce groupe-là peut être amené à faire de belles choses à l’avenir. Ce sont des gamins passionnés, mais surtout très doués pour ce sport. J’ai la chance de les côtoyer au quotidien et je suis d’avis que nous avons affaire à une génération dorée », a confié Loreen Davy, ancienne basketteuse et secrétaire administrative de la Mauritius Football Association (MFA), attachée à la direction technique nationale. Ensemble depuis sept mois maintenant, ce groupe de jeunes grandi en communion au quotidien, et, dans un futur pas si lointain, pourrait bien constituer l’ossature de la sélection nationale senior.
En effet, certains de ces petits prodiges ont un avenir très prometteur. C’est le cas des frères Aristide. David (N°8), le petit frère, s’est vu octroyer le titre de « Man of the match » contre le Zimbabwe lors de la première rencontre remportée sur le score d’un but à rien, tandis que Yannick (N°15) a obtenu cette palme lors du deuxième match victorieux contre le Botswana (2-1). Le premier, infatigable ratisseur, se distingue par son volume de jeu, lui qui évolue sur le flanc gauche de l’attaque. Le deuxième, qui arbore un rôle de piston, aère le jeu par son omniprésence dans tous les bons coups. David Aristide a eu la chance de participer à un camp d’entraînement au FC Barcelone en 2013, et Yannick évolue déjà depuis quelques années pour la sélection de Maurice, ayant été parmi les moins de 13, 15 et 17 ans successivement. Les minots de Bel Air Rivière-Sèche espèrent bien poursuivre sur leur lancée.
Un autre joueur à avoir crevé l’écran se prénomme Caylan Wilson. Positionné en tant que sentinelle devant la défense, il agit notamment comme premier relanceur. Capable de dépanner en défense centrale, il est le couteau suisse de cette formation. « Je connais Caylan (Wilson) depuis longtemps, surtout ses parents. Il vient d’Australie et a un gros potentiel. Il avait à coeur de défendre les couleurs de son pays d’origine et je dois dire qu’il s’en sort vraiment bien. Il est une pièce maîtresse de cet effectif », a fait ressortir Jonathan Bru, adjoint du DTN.
Dylan Hypolite, floqué du N°10 dans le dos, est également très doué. Juste techniquement, il incarne un peu ce profil dit « box-to-box », capable d’enchaîner les courses d’un côté du terrain comme de l’autre. Le N°9, Ludovic Milazar, qui évolue comme avant-centre, arbore, lui, un profil particulier de « faux numéro 9 »?; il descend au milieu de terrain pour récupérer le ballon et créer également et son rôle n’est pas uniquement de marquer, mais de créer des occasions pour lui et ses coéquipiers. Preuve en est, face à l’Afrique du Sud, après l’entrée en jeu de Geraldo Mitraille (avant-centre). Il s’est positionné sur un côté pour apporter le surnombre.
La surprise nommée Mitraille
Il y a également le N°20, le robuste Geraldo Mitraille, désigné homme du match contre l’Afrique du Sud en demi-finale. Surnommé affectueusement « McIntosh » par ses coéquipierts, il n’est pas un titulaire en puissance, mais un « super sub ». Un avant centre moins doué techniquement que ses coéquipiers, mais qui possède un sens du sacrifice et un mental de guerrier, pesant de tout son poids sur les défenseurs pour libérer les espaces pour les autres. D’ailleurs, il a mitraillé par deux fois contre les Bafana Bafana. « Il a un profil différent des autres joueurs. Il est particulier dans son style, mais il apporte sa pierre à l’édifice en jouant avec ses qualités, sa hargne, son énergie et son enthousiasme. Preuve en est, il s’est distingué avec un beau doublé », a ajouté Jonathan Bru.
Pour le jeune Mitraille, cette victoire est avant tout celle de l’équipe. « Je suis très content d’avoir inscrit deux buts importants pour arriver jusqu’en finale. Mais c’est avant tout une victoire collective. Sans les bons ballons de mes coéquipiers, je n’aurai pas été en mesure de me mettre en évidence. Je tiens avant tout à les remercier et j’espère poursuivre sur cette même dynamique en étant à la hauteur de ce que le coach attend de moi. Le titre de « Man of the Match » est la cerise sur le gâteau », a avoué Géraldo Mitraille.