Si on ne sait pas encore quelle sera l’issue, mais le moins qu’on puisse, c’est que les discussions pour la mise en place d’une Ligue Professionnelle de football sont bien engagées. Les «apparatchik» qui squattent le Château de Trianon, autrement dit la Sepp Blatter Football House, ont rencontré en deux fois (la dernière en date fut le samedi 8 mars) les responsables au ministère de la Jeunesse et des Sports pour engager les discussions au sein du Joint Committee MJS-MFA pour voir les conditions liées à la mise en place de cette ligue semi-professionnelle.
Mais déjà deux constats ont été faits avant que les discussions n’aillent encore plus loin: (a)  l’argent  qui doit être investi pour le démarrage de ce projet est beaucoup plus important et (b) la fuite en avant des clubs traditionnels comme la Fire-Brigade, le Sunrise, le Scouts Club et le Cadets Club entre autres devant cette «opportunité». De ce fait, le MJS a choisi de faire sa campagne de pêche au sein de la Super League de la Fédération mauricienne des Sports Corporatif (FMSC) pour mettre en place cette ligue semi-professionnelle. L’ouverture est aussi acceptée pour les équipes formant partie du la Premier League ou autres championnats de la MFA à condition évidemment que ces formations arrivent à respecter les points qui sont mis en avant  pour avoir les clés qui ouvrirons les portes de ce championnat.
«Depuis le départ, il a été question de donner une nouvelle occasion au football mauricien pour se relancer et se recadrer en fonction  de la mise en place d’une ligue semi-professionnelle. Tout le monde a été appelé pour être on board avant sa mise en place. Après les premières discussions, il s’agit aujourd’hui d’entrer dans du concret et de ce fait, ceux qui sont intéressés par le projet doivent se faire connaître», a expliqué à Week-End le ministre de la Jeunesse et des Sports. Ce dernier, même s’il ne participe pas directement aux discussions au sein du Joint Committee, souligne néanmoins que les pourparlers sont arrivés à un stade très avancé.
Faire une croix sur les «anciennes équipes»
Selon les premières indications, la ligue semi-professionnelle va devoir faire une croix sur les anciennes équipes, dont le retour avait été évoqué dans le discours du budget 2014 du ministre des Finances. Même s’il n’a pas voulu le confirmer, il nous revient cependant que les dirigeants de la Fire Brigade, Cadets, Sunrise et autres Scouts Club — qui  avaient participé à la première réunion du 12 février dernier — ont pris la poudre d’escampette. Aucune de ces formations ne s’est montrée intéressée à reprendre le flambeau, ni de près , ni de loin.
Face à cette vérité, au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building,il a été décidé de mener une campagne de…pêche au sein du sport corporatif. C’est ainsi, apprenons-nous, que durant ces 15 derniers jours, les dirigeants des équipes de la Super League de la Fédération mauricienne des Sports Corporatifs (FMSC) ont  défilé  dans le bureau du Secrétaire Permanent (PS) avec comme principal sujet de discussions «l’entrée de ces équipes au sein de cette ligue professionnelle».
Selon le ministre Ritoo, «les discussions avec les équipes de la Super League de la FMSC ont été très productives dans le sens où les responsables se sont montrés intéressés par le projet, même s’ils ont demandé un temps de réflexion.» En effet, selon les premières indications, seules les équipes de Médine et de Food and Allied n’ont  pas encore participé aux discussions, mais  «cela ne saurait tarder» nous a-t-on indiqué au niveau du MJS.
Pour l’heure, cependant, les conditions dans lesquelles sera mis en place la ligue professionnelle sont toujours en discussion au sein du Joint Committee MJS-MFA. A priori, les squatteurs au Château de Trianon sont désormais en faveur de cette ligue semi-professionnelle et la mise en place d’un organisme indépendant pour gérer cette compétition dans tout son ensemble. De ce fait, la MFA aurait accepté l’idée que des amendements soient apportés à ses règlements pour que la formule pour les joueurs étrangers passe de 5-3 à 7-5, c’est-à-dire sept sur le Playing Strength, mais cinq sur le terrain. Autre point imposant que la MFA aurait accepté c’est le nombre de transferts autorisé par équipe. Ce nombre pourrait passer de 3 à 10 joueurs.
Le Sports Act amendé
Reste encore la question de savoir si les joueurs qui seront appelés à évoluer au sein de la ligue semi- professionnelle pourraient être pré-sélectionnés au sein du Club M? La question reste en suspens, tout comme la question de licences des joueurs. Pour répondre de manière positive à cette question, nous apprenons que le ministre pourrait faire des «Regulations» pour définir les conditions des joueurs semi-professionnels.
Si aucune date précise n’a encore été mise en avant pour le début de ces championnats, par contre, il existe une certitude: les Rs 10 millions « earmarked » pour cette ligue doivent être utilisées en 2014. Nos informations indiquent que septembre pourrait être le mois du grand départ et que d’ici juin-juillet une «Expression Of Interest» sera lancée pour inviter les équipes désirant faire partie de la ligue semi-professionnelle à se faire connaître.
Les conditions de la compétition, tout comme les choix des arbitres et autres éléments importants pour lancer le championnat, c’est l’instance organisationnelle qui aura la charge de les établir.