Le Club M s’est frayé, sans tambour ni trompette, un chemin vers la finale de la compétition de football en venant à bout de Mayotte a l’issue des tirs au but (5-4), alors que le score est resté de 0-0, même après les prolongations, hier au Stad Linité. L’équipe mauricienne aura comme adversaire les Seychelles dans cette finale inédite prévue demain à 15h30 au même endroit.
Ce succès a un goût particulier pour l’entraîneur national, Akbar Patel, qui a profité de cette qualification pour régler ses comptes. « J’ai subi un vrai matraquage et du character assassination. La réponse est aujourd’hui sur le terrain. Je laisse maintenant le soin à mes détracteurs de tirer leurs conclusions », a-t-il déclaré.
Akbar Patel soutient aussi que cette victoire est celle du courage. « Les joueurs ont bien bossé pour en arriver là. Je remercie tous ceux qui y ont contribué. Je dédie ce succès a tous ceux qui ont cru en nous, à toute ma famille et à toutes les personnes qui aiment le football », a-t-il poursuivi.
Sans sortir un jeu attrayant et en étant même dominé, le Club M a bien tenu le coup pour procéder par des contres rapides. Les frères Pithia, Fabrice (gauche) et Fabien (droite), ont bien animé les flancs pour déstabiliser la défense avec leur vivacité, donnant des espaces au duo d’attaque Kervin Godon-Gurty Calembé.
L’entraîneur national a du reste fait confiance au même groupe qui avait affronté les Comores mardi, à une exception près. Il s’agit du défenseur latéral droit Christopher Bazerque, suspendu pour accumulation de cartons jaunes, remplacé poste pour poste par le jeune Cédric Permal.
C’est justement de ce côté que les Mahorais ont le plus attaqué. Collectivement bien en place, ces derniers furent menaçants d’entrée de jeu avec une première occasion de but dès l’entame du match. Centre de Djardi Nadhoime et reprise frontale de Mihadji Mihidjai qui réceptionna bien le ballon.
Toutefois, le Club M s’offrit une très belle occasion quatre minutes plus tard sur un décalage de Fabrice Pithia pour son frère Fabien lequel, tout seul, manqua sa reprise frontale. Dangereux en contre, l’équipe mauricienne faillit ouvrir le score à la 10e minute quand sur un centre de Kervin Godon Gurty Calembé tira sur la transversale.
Mais ce fut Mayotte qui termina cette première mi-temps le plus fort sur un coup franc d’Antoine Rasolofo des 20m qui obligea le gardien mauricien, Ivahn José, à une détente délicate à une minute de la pause.
Akbar Patel en profita pour apporter une petite retouche en faisant entrer Jimmy Cundasamy à la place de Cédric Permal. Le milieu de terrain de l’USS Tamponnaise fut converti en défenseur latéral gauche, alors que Chandrayah Veeranah fut muté sur la droite.
Cela stabilisa le jeu mauricien, même si les Mahorais touchaient plus le ballon. Ces derniers gâchèrent une autre occasion à la 64e minute. Sur un centre de Charaf Ben Ybnou, Antoine Rasolofo, libre de tout marquage, n’arriva pas à conclure.
On en resta là jusqu’au coup de sifflet final. L’arbitre indiqua alors les prolongations, qui ne donnèrent rien. Avant d’enchaîner avec les tirs au but. Et là, les cinq tireurs mauriciens furent adroits. Chandraya Veeranah, Jimmy Cundasamy, Andy Sophie, Bruno Ravina et Colin Bell ont fait preuve de sang froid. Côté mahorais, seul Ridjali Souffou manqua son essai, contrairement à Mihidji Mihidjai, Antoine Rasolofo, Charaf Ben Ybnou et Ahmed Djadi.
Les yeux sont désormais rivés vers la finale face aux Seychelles. « Les Dallons sont un gros morceau, surtout avec des joueurs motivés qui seront devant leur public. Ce sera un bonus pour nous en cas de victoire finale », a conclu Akbar Patel.