Un groupe de dirigeants de clubs, avec à sa tête Mario Monty, a animé un point de presse hier à l’hôtel Le Labourdonnais pour « dénoncer le laxisme » au sein de la Mauritius Football Association (MFA) et aussi l’état « alarmant » du football.
Il échut à Mario Monty de donner le coup d’envoi en parlant des statuts de la MFA qui devaient être amendés depuis décembre de l’année dernière. Ayant présidé un ad hoc committee chargé de revoir les statuts, il affirme que la FIFA a envoyé une lettre à la MFA lui donnant jusqu’à fin août pour amender les règlements concernés.
« Pourquoi la MFA tergiverse-t-elle toujours pour aller de l’avant ? Maintenant, c’est au tour de la FIFA de presser la MFA », a fait ressortir le dirigeant de Petite Rivière-Noire FC. Il dit ne pas comprendre le rôle du président de la MFA, Vinod Persunnoo, sur ce dossier.
« Il déclare ne pas être en possession d’une lettre de la FIFA. Or, selon mes informations, une telle lettre a bel et bien atterri au secrétariat de la Football House. Dans ce contexte, soit il ne dit pas la vérité soit il est un président qui ne sait pas de ce qui se passe dans sa propre administration », a avancé Mario Monty.
Ce dernier a donné la garantie que son groupe va voter pour les amendements des statuts. « De quoi a peur le président ? Dès maintenant, je peux lui certifier que nous allons soutenir ces amendements. Toujours est-il qu’il nous faut avoir une majorité de trois-quarts pour aller de l’avant. »
Samuel Compty, ancien membre du comité directeur de la MFA, a lui parlé du Forensic Report. « Je me demande pourquoi la MFA n’a pas jugé utile de faire un rapport sur tous les Goal Projets », a-t-il dit. Afin de dissiper les doutes, la MFA aurait dû, a soutenu Samuel Compty, faire parvenir un rapport à chaque délégué afin qu’ils l’étudient. « C’est à partir de là qu’on aurait pris connaissance du contenu rapport. »
Pour Philippe Boodhoo, une fois les délégués en possession d’un tel rapport, la MFA pourrait alors convoquer une assemblée générale spéciale afin de prendre les décisions nécessaires. « Nous entendons que certaines personnes feraient l’objet de poursuites. Si tel est vraiment le cas, pourquoi la MFA ne fait-elle pas circuler les rapports ? Ce n’est qu’à travers les articles de presse que nous sommes informés », a indiqué le dirigeant de l’USBBRH.
Anwar Elahee, représentant de l’ASPL 2000, a mis l’accent sur l’état « alarmant » du football local. Il a d’abord ironisé sur le fait que la MFA est une des rares fédérations de football ayant deux présidents. « Je dois dire que nous ne sommes pas des opposants au football. Au contraire, c’est parce qu’on aime cette discipline sportive que nous, dirigeants responsables, sommes réunis aujourd’hui pour dénoncer certaines pratiques à la MFA. Nous voulons que la promotion du football prime sur tout. »
Il a par la suite énuméré les manquements : pas de partenaires pour la Premier League, ou le fait que la formation des jeunes n’est pas bien définie, etc. Anwar Elahee a parlé de l’insécurité au Vélodrome précisément. Il considère que cette infrastructure ne répond pas aux normes pour abriter des matches de Premier League.
« Notre pays n’arrête pas de dégringoler au classement mondial. Le Club M reste inactif. Il n’y a même pas de regroupement. Maintenant, la MFA lance un appel à candidatures pour un DTN mauricien et de l’autre côté le ministère de la Jeunesse et des Sports prévoit l’embauche d’un sélectionneur national », a-t-il déclaré, avant de demander : « Akbar Patel est-il toujours à la tête de la sélection ? »
S’agissant du paiement de l’affiliation des clubs, Anwar Elahee a laissé entendre que celui-ci doit se faire au niveau régional et non directement à la MFA, contrairement à ce qu’a annoncé la fédération tout récemment. « Une telle procédure est illégale et la MFA va à l’encontre de ses propres règlements », a-t-il affirmé.