À quelques heures du grand départ de la sélection de football, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, a tenu à rencontrer les joueurs, histoire de les motiver. Il a demandé aux joueurs un engagement total, afin de ramener l’or des JIOI et d’effacer la déconvenue malgache, où Maurice n’avait remporté aucune médaille dans les sports collectifs.
Les premiers mots du ministre étaient clairs. « On ne récolte que ce que l’on a semé. Si vous êtes bien préparés, vous allez récolter les fruits de cette préparation », a-t-il insisté. Devanand Ritoo a d’ailleurs tenu un long discours pour motiver les joueurs, qui revenaient tout juste d’une séance d’entraînement. 
Il a surtout énuméré les facilités qu’il a mises à la disposition des athlètes, en particulier des footballeurs. « Les Seychelles ont des difficultés. Mais nous vous avons tout donné pour que vous soyez prêts pour les Jeux. Malgré un contexte économique difficile, nous avons tenu à vous aider financièrement », a-t-il déclaré.
Le ministre a aussi demandé aux footballeurs de montrer ce qu’ils valent. « Il y aura une quarantaine de journalistes qui vont scruter vos mouvements et décortiquer votre jeu. Je vous demanderai d’être exemplaires dans votre comportement. »
Performances footballistiques…
Il a ajouté que la sélection nationale de football est normalement le reflet de son championnat. « Mais montrez au peuple mauricien que même si notre championnat est catastrophique, on peut arriver à faire quelque chose. »
Devanand Ritoo a déclaré aux footballeurs que le football était le sport roi. De ce fait, c’est à travers les performances de sa sélection qu’on jugeait un pays. « Moi-même, lors de mes déplacements, je demande à mes confrères ministres comment va le foot dans leurs pays respectifs. Alors, vous n’avez pas le droit de décevoir les Mauriciens, qui attendent beaucoup de vous. Je vous demande donc d’assumer pleinement vos responsabilités. Jouez à 100%, sinon, ça ne vaut pas la peine de monter sur le terrain », a-t-il martelé.
Devanand Ritoo, en tant qu’ancien footballeur, a laissé entendre que l’esprit d’équipe ne devrait pas être un vain mot. « Comme l’a dit Zidane, on gagne en équipe. Si on perd, on perd en équipe », a-t-il insisté, avant de rappeler le glorieux passé de la sélection nationale de football. « Je serai avec vous, tout comme plusieurs membres du gouvernement. Je souhaite que vous me ferez apprécier le spectacle. »
Le président de la Mauritius Football Association (MFA), Vinod Persunnoo, a souligné l’engagement du ministre à chacun de ses discours. « J’ai vécu trois JIOI, et je n’ai jamais vu autant d’investissements pour les athlètes, et surtout pour le Club M. J’espère que cela va vous aider à vous responsabiliser. »
Il a aussi demandé aux footballeurs de croire en leurs chances. « Vous avez le potentiel, l’île Maurice, le ministre, le Premier ministre attendent beaucoup de vous. Prouvez-nous que nous avons eu raison de vous faire confiance », a demandé Vinod Persunnoo.
Georges Chung, président du Club M, a lui demandé que le cri de guerre du Club M soit un cri de ralliement à la cause mauricienne. « Le plus beau cadeau que vous pourriez me faire est de me ramener la médaille d’or. Prenez le match contre le Congo comme une référence », a-t-il souhaité.
Par ailleurs, il a, comme Devanand Ritoo et Vinod Persunnoo, demandé aux footballeurs de croire en leurs chances en terre seychelloise. « Démontrez de quoi vous êtes capables. Je ne serai pas aux Seychelles, mais je vais suivre tous vos matches. »
Il a conclu en faisant une promesse solennelle aux joueurs. « Si vous me ramenez la médaille d’or, je vous promets que dès le lendemain il y aura une structure pour la professionnalisation du football », a terminé Georges Chung, qui s’est vu remettre un trophée en guise de remerciement par Colin Bell, capitaine de la sélection nationale.