Maurice n’a pas pu réaliser l’exploit tant rêvé en s’inclinant lourdement 2-5 mercredi dernier en match aller au stade Anjalay pour le compte des éliminatoires de la Coupe du Monde 2016 (Russie). Le match retour aujourd’hui en terre Kenyane s’annonce encore plus difficile pour le Club M avec sa  défense fébrile.
Les chances du Club M de se qualifier pour le second tour des éliminatoires de la Coupe du Monde sont extrêmement minces après avoir encaissé cinq buts à domicile. Pour déjouer les pronostics, les Mauriciens devront marquer plus de trois buts, soit quatre au total et surtout,  ne pas en prendre. Ce qui relève d’une mission impossible pour la bande à Joe Thusupula et Alain Happe sachant qu’il y a encore des réglages à faire notamment au niveau de la défense sur les coups de pied arrêtés.
Mercredi dernier, elle en a pris deux. Le premier à la 24e mn sur un corner rentrant tiré de la gauche par Ayub Timbe avec puissance qui envoie le ballon au fond des filets avec l’aide du montant. Le deuxième à la 49e, toujours sur un corner tiré de la gauche par Timbe toujours, qui trouve cette fois-ci, la tête de Michael Olunga qui offre à Dennis Shakava le ballon du 3-0. Cela après que Johanna Omollo n’ouvre la marque à la 18e.
La charnière centrale composée de Francis Rasolofonirina et Jonathan Bru devra impérativement se ressaisir et surtout, améliorer son marquage sur leurs adversaires. Idem pour les latéraux Marco Dorza et Christopher Bazerque, qui devront aussi rester vigilants aux moindres débordements des Kenyans dans le couloir droit ou gauche respectivement. Bazerque, auteur d’un assez bon match à l’aller avec des tacles d’une précision chirurgicale, aura à coeur d’avoir le même rayonnement aujourd’hui. Cependant, il lui faudra quand même  faire attention aux excès d’engagements. Cela peut lui coûter cher.
Toutefois en milieu de terrain, il y a eu quelques bonnes prestations avec des jeux offensifs et des combinaisons à trois bien rodées entre Kévin Bru dans le rôle du numéro 10, Andy Sophie en pointe et Fabien Pithia sur le flanc droit qui ont par moment, bousculé la défense des Harambee Stars. Kévin Perticot à l’origine d’un match moyen contre le Mozambique le mois dernier lors des qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2016, s’est retrouvé contre le Kenya. Il n’a pas eu froid aux yeux d’aller défier Edwin Wafalu ou même de tenter sa chance de loin quand l’occasion se présentait à lui.
Malgré la défaite, les Mauriciens ont évolué sans complexe face aux co-équipiers de Victor Wanyama. Et ce n’est pas Bobby Williamson, l’entraîneur national de la sélection nationale du Kenya qui nous dira le contraire. « Cela n’était pas un match facile. Nous avons pris deux buts alors qu’on était en parfait control du match », avait fait ressortir l’Écossais mercredi dernier dans la conférence de presse d’après match. En effet, Andy Sophie  filait droit au but lorsqu’il a été fauché dans la surface des réparations. Il se chargea lui-même de faire justice en prenant Boniface Dlouch à contre-pied (1-3, 66e). Le capitaine Jonathan Bru à la 78e minute de jeu, permet au Club m de revenir à un but du Kenya en profitant d’une confusion dans la défense adverse après un coup-franc tiré par le cadet des frères Bru (2-3).
Mais le suspense n’a pas duré  longtemps puisque Omollo s’est offert un doublé à la 82e grâce à une reprise frontale qui laisse Jean Louis figé sur sa ligne (2-4). Quatre minutes plus tard, Michael Olunga se déjoue des défenseurs centraux avant d’aller battre le gardien pour le 2-5. « Dans l’ensemble du match, on a été bon. Nous devons maintenant rester concentrés pour finir le travail », conclut Bobby Williamson.
Du côté des Mauriciens, Joe Tshupula l’entraîneur national de Maurice, avance que sa troupe ne baissera pas les bras et vont tout donner pour un bon résultat aujourd’hui en dépit de la défaite lors du match aller. « Tout d’abord je tiens à féliciter les garçons car mercredi dernier on a proposé du très beau football et on n’a pas baissé les armes. Sortir un match comme cela n’est pas toujours évidente. Au Kenya, ce sera un match très délicat d’autant plus que nous avons fait un long voyage et que nous avons eu quelques soucis au niveau de l’hébergement. Mais je suis sûr que les garçons répondront présent. Après tout, nous sommes dans une situation où nous ne pouvons que jouer. Ce sont des matches et des situations comme cela qui nous permettront de grandir et de progresser », acance-t-il.