La Mauritius Football Association (MFA) a tranché au courant de la semaine écoulée. L’entraîneur national de la sélection des moins des 17 ans, Michaël Mootoosamy, et son assistant, Quéland Tombé, ont été tous deux limogés. Une démarche qui intervient un jour seulement après la défaite (0-1) de Maurice face à l’Angola comptant pour la manche aller des préliminaires de la Coupe d’Afrique des Nations, dimanche dernier à Belle-Vue. En revanche, l’entraîneur national de la sélection féminine des moins de 18 ans, Jay Bhunjun, a été lui maintenu en poste deux semaines après la médiocre performance de Maurice aux 10es Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien, tenus à Antananarivo à Madagascar. Si ce n’est pas là une politique de deux poids deux mesures que pratique l’instance dirigée par Samir Sobah, cette situation lui ressemble étrangement.
La MFA a tranché et a décidé de ne plus retenir les services du duo Mootoosamy- Tombé comme entraîneurs de la sélection nationale des moins de 17 ans. Cela après la défaite concédée à domicile face à l’Angola, dimanche dernier et aussi en raison de l’élimination de cette sélection lors de la COSAFA Cup, organisée à Maurice entre le 22 et 31 juillet derniers. Au cours de cette compétition, Maurice avait été battue d’entrée par la Namibie (1-3) avant de prendre la mesure des Seychelles (1-0). Elle avait ensuite perdu (0-2) face à l’Afrique du Sud lors de son dernier match, alors qu’elle nourrissait un mince espoir de disputer la demi-finale.
Si la MFA a agi avec autant de rapidité dans le cas de ce tandem d’entraîneurs, en revanche, pour ce qui est de l’entraîneur Jay Bhunjun et de son assistant Mahen Saulick, responsables de la sélection féminine qui avait pris part aux Jeux de la CJSOI, elle est restée muette. On serait même tenté de dire qu’elle est devenue amnésique dans ce cas précis. Car si la formation qu’entraînait Mootoosamy-Tombé est tombée sur des nations africaines réputées fortes et qu’elle s’est fait un point d’honneur pour venir à bout d’une équipe de la région, l’équipe de Jay Bhunjun a été, elle, tout simplement lamentable face à des adversaires de cette même région de l’océan Indien.
Pour son premier match d’ailleurs, Maurice avait été battue par La Réunion sur le score de trois buts à un avant de prendre le meilleur sur les Comores par un but à zéro. Par la suite, la sélection s’est inclinée en demi-finale sur le score de deux buts à zéro face à Madagascar, avant de subir une véritable raclée contre Mayotte lors de la rencontre comptant pour la troisième place. Résultat : 0-4?!
Cette humiliation ne valait-elle pas un limogeage au même titre que le tandem Mootoosamy- Tombé?? Apparemment non, car à la MFA on semble avoir une tout autre lecture de la situation. Ou si vous voulez, elle ne veut voir que ce dont elle désire?! Alors que pour ceux qui se trouvent dans ses bons petits papiers, « it’s business as usual ». N’est-ce pas M. Sobah??
Dans une déclaration à un journal, Michaël Mootoosamy avait déclaré ne pas être surpris par son licenciement, qui lui a été annoncé par le biais du secrétaire-général de la MFA lundi soir. Sans doute voulait-il faire référence à l’ingérence de certains dans son travail, notamment de celui qui se pose désormais comme le sauveur du football mauricien. Et à une semaine du déplacement de cette sélection à Luanda pour disputer le match retour face à l’Angola, nous avons appris que c’est l’entraîneur national Joe Tsuphula qui a été appelé à prendre en main ce groupe en attendant la nomination d’un nouvel entraîneur. Comme quoi, pour bien fonctionner à la MFA, il est impératif de ne pas nager contre courant.