Les footballeuses mauriciennes n’oublieront pas de sitôt leur baptême du feu international au stade Jean-Ivoula à Saint-Denis. Opposée aux Malgaches dans le premier match du groupe B de ce tournoi de football féminin des 9es JIOI, la bande à Alain Happe a été littéralement engloutie par la lame de fond venue de la Grande île.
5-0 au coup du sifflet final, le match avait déjà pris son pli définitif avant la demi-heure, quand le Lady Club M avait déjà encaissé trois buts. Elles devaient concéder un quatrième but avant la pause, avant que les Malgaches n’enfoncent un peu plus le clou sur le coup de l’heure.
Physiquement, techniquement et collectivement mieux armées, les Malgaches se sont baladées sur le terrain. Après un premier but signée Régina (3e minute), Sophie, la virevoltante capitaine, du haut de ses 18 ans seulement, s’offrait le coup du chapeau (le premier du tournoi) en frappant aux 8e, 26e et 34e minutes. Elle sera ménagée par son coach en quittant ses camarades à la 55e minute. Cinq minutes après, Ranaivoson scellait le sort des Mauriciennes, qui avaient cadré pour la première fois leur tir après 34 longues minutes d’explication.
L’entraîneur Alain Happe, réaliste, ne passait pas par quatre chemins pour expliquer cette déroute de Maurice. « Cinq buts d’écart, c’est la différence de niveau entre les deux sélections. C’était notre toute première touche internationale. Une page d’un livre blanc ouvert il y a seulement quatre mois. On apprend les exigences de ce niveau ».
Le coach malgache, Johara, était tout heureux de ce carton plein. Déjà dans la Cosafa Cup dames, battues 1-3 à Gaborone par le Botswana, les Malgaches devaient se ressaisir et signer une victoire 2-0 à domicile, cependant trop juste pour se qualifier. « Ce groupe s’entraîne avec les U15 masculins de Madagascar et se défend bien. Nous avons accentué notre préparation durant la dernière quinzaine. Notre gros test sera contre La Réunion dimanche (ndlr : demain) à 17h », rappelle l’entraîneur de la Grande île.
Une équipe réunionnaise qui aura l’avantage d’avoir conservé toutes ses forces, elle qui, au même moment où les Malgaches livraient un combat certes inégal face au Mauriciennes, a été déclarée vainqueur par forfait, les Comores n’ayant pu rassembler que huit footballeuses sur le terrain.