Photo illustration

Le ministre Stephan Toussaint précise que 660 filles sont engagées au sein des écoles de football gérées par son ministère

Rs 9 208 886. C’est la somme totale dépensée par la Mauritius Football Association (MFA) de 2014 à juin 2019 en faveur du football féminin. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, est venu avec des détails sur cette question qui lui avait été adressée par le député de l’Opposition du MMM, Reza Uteem, le 17 septembre. Selon Stephan Toussaint, Rs 6 854 031 ont été ainsi dépensées pour la période 2014-2018, alors que rien que pour la période janvier-juin 2019, la MFA a dépensé Rs 2 354 855 sur l’item football féminin.

Dans la foulée, le ministre a parlé de l’engagement de son ministère à promouvoir l’égalité des genres, notamment pour ce qui est de la participation de la femme dans le sport. Même s’il a reconnu que le football féminin n’a pas le même succès que le football masculin, il a indiqué que son ministère est venu en avant avec une politique de développement pour encourager plus de filles à pratiquer cette discipline. À ce titre justement, il a parlé de la création de plusieurs écoles de football à travers l’île et regroupant, à ce jour, 660 filles.

Reza Uteem a ainsi voulu savoir si le ministre était au courant de la raclée (15-0) prise face à la Zambie en août dernier à la COSAFA Cup seniors en Afrique du Sud, et quelles ont été les mesures prises par rapport à cette humiliante défaite. Stephan Toussaint a dit être au courant de la situation, tout en précisant qu’une formation de base avait été déjà lancée. «Bien sûr, nous n’aurons pas les résultats aujourd’hui, ni demain, ni l’année prochaine. En plus, nous avons aussi l’académie de football de Liverpool qui a été lancée récemment et nous avons 80 filles qui ont participé aux trials qui ont été faits à travers l’île. Moi, en tout cas, je suis confiant que dans quelques années, on aura de très bons résultats avec la formation que nous sommes en train d’apporter», a-t-il fait remarquer.

Une habitude de perdre…

À une autre question de Reza Uteem qui voulait savoir si des discussions avaient été engagées avec la MFA pour voir si c’était un problème de préparation ou si plus de ressources étaient nécessaires, le ministre a indiqué: «Tout ce que le ministère fait c’est en étroite collaboration avec toutes les fédérations. » Il a ajouté que les techniciens des deux parties se sont consultés pour voir où était le problème et comment apporter des solutions. «Mais je peux rassurer l’honorable membre et toute la population en général, qu’au niveau de mon ministère, nous allons mettre tous les moyens possibles à la disposition du football féminin et je l’ai dit. Donc, je crois fermement que les écoles de foot et l’académie de football de Liverpool vont nous donner des résultats dans quelques années», a-t-il précisé.

La députée du PMSD, Malini Sewocksingh s’est elle aussi intéressée au football féminin lors de cette session parlementaire. Pour elle, c’est devenu une habitude, au fil des années, de subir de lourdes défaites. Par conséquent, elle a voulu avoir la confirmation du ministre à l’effet que la sélection féminine aura le soutien voulu, tout en questionnant du  support qui a été accordé aux joueuses au retour de leur grosse défaite (0-15) face à la Zambie.

De façon structurée

Pour Stephan Toussaint toutefois, perdre des matchs de cette ampleur, n’est pas une tendance étant, donné que le football féminin vient de démarrer de façon structurée. «Structurer le football, donner des entraînements de façon professionnelle, c’est récent. C’est récent et je le redis, on n’a pas besoin d’être une femme pour défendre la cause de la femme. Moi je suis convaincu que le football féminin portera ses fruits – nous allons très bientôt voir – les fruits du travail que nous avons démarré maintenant», a-t-il indiqué. Malini Sewocksingh lui a répondu du tac au tac, en précisant d’abord que ce n’est pas une question de femme défendant la cause des femmes, avant de préciser que les lourdes défaites sont monnaies courantes, indiquant qu’en 2016, Maurice avait été battue par le Botswana par deux fois (0-7, 0-4).

En dernier lieu, Malini Sewocksingh a voulu savoir si les joueuses seront aussi appelées à intégrer le centre technique François Blaquart à Réduit. Selon Stephan Toussaint, tout un procédé est requis avant d’accéder à ce centre. Il a ajouté que ces dernières devront faire leurs preuves avant qu’elles puissent «monter au niveau du centre de formation. Encore une fois, je le redis, nous sommes convaincus, notre gouvernement est convaincu, qu’avec les mesures que nous sommes en train de prendre pour le sport en général et là, actuellement, pour le football, donc, dans quelque années nous aurons de très bons résultats.»