Après le calme vient toujours la tempête dit le dicton. Dans la question des affaires du football mauricien depuis l’installation forcée de Samir Sobha et son équipe à la Football House de Trianon les cas de favoritisme ou de passe-droits en font le quotidien de cette administration. Cette fois, c’est le Grand Port Regional Executive Committee qui revèle au grand jour un nouveau scandale qui frappe le football mauricien et qui nous laisse aussi comprendre, une fois de plus, que le président de la Mauritius Football Association (MFA) se comporte comme un omnipotent au sein de cette discipline. Bafouant au passage toutes les règles élémentaires des lois du football et de ses propres règlements.
L’affaire remonte au 2 avril dernier après une rencontre de la D1 de la région de Grand Port entre Union Park Barefoot United et Grand Bel Air Spurs sur le terrain de Rose-Belle. Les barefoot Battus par trois buts à deux, cette défaite resta au travers de la gorge des responsables , surtout qu’ils aspirent à être le champion de cette ligue. Après mûre réflexion, l’équipe de Barefoot décide de loger une protestation contre Grand Bel Air Spurs avec en toile de fond la présence au sein de cette équipe de quatre joueurs étrangers. Ils sont entre autres Jimoh Ismaheeladeleke, Sekoni Azeez Olandrew Aju, Aguaghasu Uche Ezekiel et Chinza Christopher Joshua, tous du Nigeria.
Dans sa protestation, Barefoot United estime que ses droits ont été lésés dans le sens où selon les règlements de compétition établis par cette même MFA aucun joueur avec une licence  professionnelle n’est autorisé à disputer une compétition régional. En fait, les lois disent que seuls les joueurs avec une licence amateur peuvent être alignés sur le terrain. Face à cette protestation, le comité exécutif de Grand Port met en place un Fact Finding Committee (FFC) avant toute décision et cette tâche est confiée à Coomar Gopaloodoo. Ce dernier soumettra son rapport le 4 mai dernier et en conséquence le secrétaire de Grand Bel Air Spurs, Jaleel Gunglee, est informé des  conclusions.
GBAS : dix transferts autorisés lors de la mi-saison
En effet, dans ses conclusions, le FFC a relevé que (1)  la liste des joueurs (Playing Strength /Dispatch notes) pour la saison 2015-16, qui est soumise vers la fin d’octobre 2015) a changé drastiquement par rapport à celle soumise durant le mid-season transfert en date du 31 janvier 2016. Il fut constaté que sur une liste de 17 joueurs, il y avait 10 nouveaux noms, dont ceux des quatre Nigériens,  alors que les règlements n’autorisent que 5 transferts durant cette période. Qui plus est, le FFC avait aussi constaté que Grand Bel Air Spurs n’avait pas passé par le comité exécutif de Grand Port pour le tranfert de ses joueurs, mais directement par le Transfert Matching System (TMS) de la MFA à Trianon. (2) que la situation des joueurs professionnels est clairement définie par une circulaire (No 2) de la MFA pour la saison 2015-2016 et que cette définition souligne que tout joueur qui dispose d’un contrat avec un club et qui dispose d’un salaire est considéré comme un joueur professionnels. Le rapport du FFC souligne que Jameel Gunglee est venu confirmer dans sa déposition devant le comité que les quatre joueurs Nigérians disposent d’un salaire mensuel de Rs 6000. Mais en dépit de ce contrat, le FFC note aussi que ces quatre joueurs ont une licence amateur. Comment et pourquoi, la question reste posée, même si le FFC conclut que c’est en contradiction avec les règlements établis par la MFA depuis le 22 août 2015.
Puis en 3e position, le FFC a constaté que le TMS de ces quatre joueurs ne sont pas en conformité avec le TMS qui est émis par la FIFA. Il fut surtout constaté que la date de transfert international de quatre joueurs Nigériens du Grand Bel Air Spurs n’était pas en conformité avec celle notée par la Fédération Nigérienne de Football et celle de la MFA. En conclusion, le FFC recommande que les points (12 Pts)  du Grand Bel Air Spurs soient retirés et que cette formation continue la compétition sans ses joueurs étrangers.
L’interventionnisme de la MFA
Non content de cette décision, le responsable du Grand Bel Air Spurs est allé se plaindre à la MFA — on apprend au passage les relations familiales qui existent entre un dirigeant du club sudiste et le président de la MFA — qui, contrairement à son habitude, a bondi presque immédiatement pour réagir. C’est ainsi que le 6 mai, sans enquête et sans convocation de l’Etat Major de GPREC, sous la signature de Nazeer Bowud comme assistant secrétaire (un poste qui n’existe pas selon les statuts de la MFA) la décision prise par le comité sudiste est balayée d’un revers de main. «All decision taken by your Regional Managing Committe of 28 April 2016 are declared Null and Void». Dans sa lettre, qui étrangement est signée par Nazeer Bowud et pas par le secrétaire général Didier Pragassa,il précise que c’est le comité exécutif de la MFA qui a pleins pouvoirs de «overrule» cette décision. Or, il nous revient après confirmation, que ce 6 mai il n’y avait aucun comité exécutif de la MFA. Fait important à souligner, les statuts de la MFA ne donnent aucun droit au président de la MFA ni à son comité  de s’ingérer dans les décisions prises par ses comités régionaux.
Pire, la MFA de Samir Sobha prend sur elle pour déclarer l’équipe de Grand Bel Air Spurs  leader du classement et l’inclut dans les inter-régions dont la finale a été jouée hier. Or pour GPREC, à cette date précise, ce n’est pas Grand Bel Air Spurs qui était leader, mais Barefoot. C’est ainsi que le 11 mai, la MFA, sans informer le président du GPREC, procède au tirage au sort pour les inter-régions. Néanmoins, le président de cette instance, Kitnesamy Chengobroyen, se rend à la MFA à Trianon le vendredi 11 pour chercher des explications.
Sobha: «Gueté ki to pou fer»
«Avant même que j’ai eu l’occasion de parler, les dirigeants des régions de Quatre-Bornes, Curepipe et Vacoas Phoenix  réclament que les inter-régions soient repoussés pour deux semaines afin qu’ils puissent terminer leur championnat et désigner leur vainqueur. Une demande qu’a refusée Samir Soobha. Lorsque j’ai demandé la même chose  pour Grand Port, qui  n’a pas terminé son championnat non plus, le président m’a répondu ceci: Gueté ki to pou fer mo pé mette Grand Bel Air moi»,a  expliqué à Week-End, Kitnesamy Chengobroyen. Pourquoi Samir Sobha refuse à Grand Port une décision qu’il a appliquée pour Quatre-Bornes, Curepipe et Vacoas-Phoenix?
Suite à un brouhaha, le président de la MFA et sa clique composée de Didier Pragassa, Nazeer Bowud et de Ozeer Janno, se sont précipités dans le bureau de Samir Sobha pour procéder au tirage au sort pour cinq semaines de compétition selon le calendrier qui a été établi le 11 mai. Or il s’avère que soudainement, le calendrier a été réduit sur quatre semaines soit le 14 mai, le 22 mai, le 24 mai et le 28 mai. Ce qui constitue une première à Maurice et sans doute dans la monde, la vitesse avec laquelle se déroule une compétition inter-région et qui nous donne la nette impression que tout est fait, voire mis en place pour que Grand Bel Air Spurs passe en deuxième division nationale.
C’est la raison pour laquelle le comité exécutif de la région de Grand Port a décidé de saisir la justicee qui a convoqué ce mercredi 1er juin la MFA pour s' »expliquer pourquoi  un ordre intérimaire ne doit pas être accordé à GRERC. Mais ce qui est triste dans cette histoire, c’est la participation, active ou passive, du secrétaire général de la MFA dans une nouvelle affaire de favoritisme impliquant des proches ou des amis de Samir Sobha. Pourtant, il n’y a pas si longtemps en tant que journaliste, il dénonçait ce genre de pratique. Mais quand on voit ce qui est arrivée à Jérôme Valcke — journaliste de carrière, devenu le SG de la FIFA de Sepp Blatter dont on connait aussi la fin —nous ne devrions pas nous en étonner pour autant.