La Professionnalisation du football est-elle un projet déjà mort ? Non, à en croire la réaction des clubs, qui est arrivée aux alentours du 15 août. À ce matin, la Mauritius Professional Football League (MPFL), qui gère la Professionnalisation de la discipline à Maurice, a reçu les plans de la quasi-totalité des clubs composant la Barclays Mauritius Premier League.
Le réveil des clubs survient sur le tard. « Tout ce qu’on peut affirmer, c’est que neuf des dix clubs ont envoyé leurs plans à la date limite », laisse-t-on entendre du côté de la MPFL. Une date limite fixée, rappelons-le, au 15 août dernier.
De plus, nous apprenons que près de la moitié des clubs concernés avaient déjà soumis leurs documents à la veille de la date limite. Un forcing payant ? Peut-être, surtout quand on sait que la demande pour ces fameux plans a été formulée pendant le brainstorming en juillet dernier à la MFA House.
Cette mise en commun, organisée à l’initiative de la MPFL et secondée par la Mauritius Football Association (MFA), avait débouché sur l’ébauche d’un plan de travail pour les clubs. Les principaux objectifs de cette rencontre étaient de faire un bilan de la première saison de l’ère de la Professionnalisation et d’enregistrer les suggestions des clubs et de tous les autres composants du football local.
Ce qui devait par la suite déboucher sur une liste de quatre tâches à être effectuées par les clubs. Elles concernaient la création d’un fan club et l’organisation d’activités pour le soutenir, la mise sur pied d’un plan d’action afin de promouvoir le football dans les régions respectives, l’ouverture et la gestion d’écoles de foot en collaboration avec la MFA, et la promotion d’activités sociales afin d’attirer les sponsors régionaux. Mais les clubs n’avaient pas donné le moindre signe, même si la date limite approchait.
Cependant, du côté de la MPFL, on ne veut pas que cela soit perçu comme une menace. En fait, la MPFL a voulu avant tout donner les moyens aux clubs d’assurer leur autonomie. Cela afin de voir le projet durer le plus longtemps possible. « Le but n’était pas de mettre les clubs dos au mur mais de renforcer les structures existantes afin de pérenniser le concept de la Professionnalisation », laisse entendre une source à la MPFL.
Quoi qu’il en soit, les choses ont déjà bougé, puisqu’il nous revient que de nouveaux sponsors ont approché la structure. « Rien n’est définitif pour l’instant. Mais certaines grosses entreprises ont approché la MPFL afin de participer au projet ».
Le projet n’est donc pas encore mort. « Nous prendrons le temps d’étudier les plans et les moyens de les mettre en oeuvre », avance-t-on encore.