Joueurs et entraîneurs s’étaient donné rendez-vous vendredi après-midi au Centre Social de Marie Reine de la Paix à Port-Louis, pour lancer un appel aux dirigeants de la Mauritius Football Association (MFA) afin qu’ils mettent leurs divergences de côté et qu’ils pensent davantage aux intêrets du sport roi à Maurice.
Un groupe, composé de Tony François (entraîneur-joueur du Pamplemousses SC), Gilbert Bayaram (milieu de terrain du Pamplemousses SC), Kersley Levrai (défenseur central de l’ASPL 2000), et Nicolas Doro (ex-gardien de but international) ont ainsi voulu tirer la sonnette d’alarme car le football local est au plus mal, l’avenir du football étant menacé. Tony François est dans l’incompréhension la plus totale, lui qui souhaite à tout prix que les compétitions reprennent de plus belle. « Nous sommes là pour dire ce que nous pensons de la présente situation du football à Maurice. Nous aimons le football et en tant que joueurs, anciens joueurs et entraîneurs, nous ne voulons pas entrer dans des conflits mais nous déplorons la situation chaotique dont les joueurs souffrent actuellement », dira d’entrée Tony François.
Pour ce dernier, il est plus que temps que le coup d’envoi de la saison soit donné. Depuis juin, le football est à l’arrêt à Maurice, cela fait donc trois mois et demi et cela cause le déclin. « Le Championnat devait commencer ce week-end mais ce ne sera pas le cas et valeur du jour, nous ne savons pas quand il débutera. Les décideurs doivent régler les conflits au plus vite et donner le coup d’envoi du championnat. Les joueurs, de même que les entraîneurs commencent à être découragés et la préparation est chamboulée. Il est nécessaire de se préparer méthodiquement avant le coup d’envoi d’un championnat et la présente situation ne nous permet pas de le faire. Notre message à la MFA est clair : il faut régler les conflits et penser en priorité aux joueurs », ajoute l’entraîneur-joueur de Pamplemousses SC.
L’ancien attaquant vedette de la Fire Brigade et de la sélection nationale a réclamé la professionnalisation du football à Maurice. « Il faut que le processus de professionnalisation soit enclenché car c’est le seul moyen pour notre football de remonter la pente. Nous avons besoin de terrains éclairés, d’un staff technique et médical qualifié. Nous avons besoin de personnes compétentes connaissant les spécificités et réalités du football et non des personnes qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels », a encore affirmé Tony François.
Ce faisant, le porte-parole des joueurs, Kersley Levrai, défenseur de l’équipe championne de Maurice, a dit sa déception. « En tant que joueurs, nous aimons le football, c’est le sport roi. Nous passons par un moment extrêmement difficile. Nous voulons qu’on relance le football dans les meilleurs conditions. Les dirigeants ne doivent pas donner de mauvaises impressions aux jeunes qui ont envie de jouer au football », a-t-il indiqué. Henri Speville a lui déploré que des promesses faites il y a deux ans sont restées sans suite. « Rien n’a bougé. Le football c’est un métier, il faut qu’à Maurice, les footballeurs deviennent professionnels. On a parlé de semi-professionnalisation mais il faut commencer par la base. Si les clubs ne sont pas capables de former des joueurs, comment pourra fonctionner la sélection nationale? Il faut que les clubs aient les moyens de bien se structurer. On nous a promis beaucoup de facilités mais nous ne voyons rien venir. Combien de temps encore nous faudra-t-il attendre », s’est-il interrogé.