Huit des onze membres élus du comité directeur de la Mauritius Football Association (MFA) veulent la tête de leur président, Vinod Persunnoo. Ils ont envoyé une correspondance, dimanche dernier au secrétaire du comité, dans laquelle ils ont formulé une motion de no confidence et proposent un remaniement du comité exécutif. Ils ont donné un ultimatum d’une semaine.
Anoop Madhow (1er vice-président), Mustapha Chitbahal (2e vice-président), Mario Thomas (3e vice-président), Abdool Rehman Furjun (assistant-secrétaire), Ram Narrainen (trésorier), Barlen Sengayen (assistant-trésorier), Sameer Sobha et Naraynen Kisten (membres) ont justifié leur démarche en déplorant une mauvaise gestion des affaires de la fédération.
« We are of opinion that the matters and affairs of the association are not being administered and handled within the limits of the Rules of the Association. The President has been misleading the Association on different occasions as per Article 24.1.3 and 29.1.4 of the Rules. In the light of the above, we strongly believe that the President has not respected and complied to the Rules and therefore move that we have no confidence in him », peut-on lire dans la correspondance envoyée à Bhurdwaz Mungur dimanche dernier.
À la lumière de ces récriminations, ils demandent la convocation d’une réunion urgente du comité directeur dans un délai d’une semaine, selon le règlement 28.3, qui stipule que « at the request of at least 5 voting members and at the request of the President, the President must cause a meeting to be convened within the week following the request. »
Ils ont également soumis leur agenda, selon l’article 28.4, avec deux points précis : 1. motion of no-confience et 2. Reshuffling of the office bearers. Au cas où aucune action n’est initiée d’ici à une semaine, ils appliqueront la deuxième partie de l’article 28.3, qui préconise que « if the President does not cause the meeting to be convened during such time, one of the members who requested the meeting may do so, through the Secretary of the MFA. »
Sollicité pour une déclaration, Vinod Persunnoo dit avoir pris connaissance de la correspondance hier. « Je suis très sceptique sur les arguments avancés par les huit membres, que ce soit sur les prérogatives du DTN concernant le choix de nommer des responsables techniques ou encore sur la présence de Rouben Armoogum lors des réunions du comité directeur. Cela dit, je vais suivre les procédures. Personne ne doit être inquiet. Ce qui m’intéresse désormais c’est la stabilité et la progression de la fédération. »