Annoncée en grande pompe pour disputer un match de gala à Maurice le 18 mai prochain au stade Anjalay, Liverpool pourrait ne pas venir du fait que les sponsors locaux ne veulent pas s’associer à cet événement trop coûteux pour eux.
150 000 euros (?Rs 6 M). Tel est le montant réclamé par Health & Sport, promoteur du projet, à chaque sponsor pour s’associer à cet événement. Mais il se trouve que les sponsors convoités ne répondent pas favorablement à l’appel. Toutefois, nous avons appris que Health & Sport, dont le directeur est Jawid Tharanee, aurait proposé à l’équipe de la Mersey d’encourir les frais de son déplacement en trouvant ses propres sponsors.
Selon certaines informations, Health & Sport n’aurait pas bien évalué le montant global d’un tel projet. Mais selon une source du ministère de la Jeunesse et des Sports, la messe n’est pas encore dite, ajoutant qu’il faudra patienter quelque peu pour voir comment réagiront les sponsors associés aux Reds.
Jamais aussi proche du titre depuis vingt-quatre ans, Liverpool a son destin en main dans le championnat anglais à quatre journée du terme. Après sa victoire étriquée à domicile face aux Citizens (3-2) dimanche, il va sans dire que si d’aventure Liverpool est champion, son déplacement à Maurice sera davantage compliqué. Par ailleurs, comme nous l’avons déjà souligné, les Reds ont prévu d’effectuer une tournée en Irlande à l’issue de la saison de la Barclays Premier League 2013-14.
« Nous continuons à garder espoir afin de faire se matérialiser ce projet. D’ici à quelques jours, nous aurons une idée plus précise avec les négociations entreprises pour que Liverpool soit à Maurice », avance un responsable au sein du MJS. Pendant ce temps, nous avons appris que le ministère a déjà débuté des travaux, à travers la compagnie Top Turf, en ce qui concerne l’amélioration du terrain du stade Anjalay. « Nous faisons avancer les choses de notre part afin d’être paré à toute éventualité », ajoute-t-il.
Soulignons qu’Olly Dale, directeur des ventes du Liverpool FC, était à Maurice en mars dernier pour une visite de prospection. Il devait faire un constat du dispositif mis en place par les autorités locales concernant particulièrement les infrastructures, la sécurité et les procédures d’immigration, entre autres.