« C’est pour cette raison que je pense rechercher l’aval de la fédération mauricienne du football pour pouvoir au moins recruter un entraîneur national au lieu d’un  directeur technique national parce qu’à l’île Maurice depuis 1988, nous travaillons sous la direction des DTN français.  Moi-même j’étais entraîneur et j’ai travaillé sous ces DTN là.  Après 25 ans, je peux dire, qu’à ce jour, nous avons suffisamment de Mauriciens qui ont été formés  et qui ont tous fait des stages de perfectionnement à Clairefontaine.  Aujourd’hui, ils peuvent  prendre la responsabilité au niveau de la direction technique nationale.» dixit Devanand Ritoo mardi dernier à l’Assemblée Nationale. C’était à l’heure des questions supplémentaires,  sur une question du député Rajesh Bhagwan qui voulait savoir du ministre ce qu’il faut faire«to put some order in the house» dans l’intérêt public, dans «l’intérêt des sportifs et de notre football».
Visiblement à l’origine, cette question de Franco Quirin est révélatrice et démontre comment après avoir apprécié le travail de Christophe Desbouillon comme DTN du football, le ministre Ritoo le lâche, 13 mois après (voir plus loin). En effet, le député Franco Quirin avait demandé dans sa question initiale si le contrat de travail du DTN de football sera renouvelé à son expiration et sinon, de préciser pourquoi tout en indiquant le «stand» officiel de la MFA. Le ministre a expliqué qu’après consultation avec la MFA son ministère a décidé de ne pas continuer à travailler avec Christophe Desbouillon  en raison du «high salary» du DTN qui tourne autour de Rs 2 millions qui est puisé du budget de la MFA. Dans ces circonstances, la MFA a préféré   travailler avec un DTN local «who may be afforded at lower cost.»
Lorsque la question des réalisations du DTN a été mise sur la table, le ministre a rappelé les réponses qu’il a données à deux questions (B/137 et B/192, voir plus loin).
Quirin: Le ministre peut-il nous préciser combien de compétitions
pour jeunes ont été lancées sous la houlette du DTN?
Ritoo: Le DTN est responsable de la direction technique du
football à l’île Maurice et a sous sa responsabilité plusieurs entraîneurs,il a organisé plusieurs  compétitions, que ce soit au niveau des moins de onze, treize, quinze, dix-sept ans et aussi il a  collaboré au niveau du COPA Coca-Cola Cup.  Ensuite, il a fait le lancement du football for  health, football at Primary School level, le Mauritius Saturday Football League qui se joue tous  les samedis.  Donc, il a une responsabilité, aussi il est responsable de la formation des cadres à l’île Maurice.
Mais à la question du député Bhagwan, le ministre a nettement donné l’impression qu’il lâche le DTN Desbouillons malgré ses réalisations comme en témoigne cet échange:
Quirin : L’honorable ministre peut-il nous dire quel bilan qu’il fait du centre technique national depuis l’arrivée du DTN Desbouillon à ce jour ?
Ritoo : Son contrat est renouvelé chaque année. Pendant trois ans, il a été ici et il a  emmené des résultats parce que, comme je vous le dis, au niveau des jeunes, on a eu des  résultats.  Nous sommes actuellement champions de l’Océan Indien au niveau CJSOI moins dix-  sept ans.  Nous avons gagné la compétition de moins de treize ans à l’île de la Réunion en  battant l’équipe de la Réunion justement.  Au niveau des jeunes il y a eu des résultats.  C’est
pourquoi je vous dis qu’au niveau des jeunes, nous sommes satisfaits parce que le ministère a  investi et nous avons un moyen de contrôle.  Mais en ce qui concerne l’équipe nationale, c’est la fédération qui décide de l’entraîneur national.
Maryse Justin: les appels d’offre pas encore lancés
L’autre question qui était à l’ordre du jour mardi, les travaux de rénovation sur le stade Maryse Justin, toujours au nom de Franco Quirin. Dans sa réponse, le ministre a indiqué que Rs 15 millions ont été identifiées  pour la rénovation complète de ce stade et une somme additionnelle de Rs 900 000 sera nécessaire pour la rénovation des toilettes, la chambre d’appel et le remplacement des portes entre autres.
Le ministre a aussi indiqué que les appels d’offres ne sont pas encore lancés, car le ministère des Travaux Publiques n’a pas encore soumis le «scope of work».