Mahébourg, village touristique longeant la cote sud-est de l’île, est réputé pour son lagon turquoise, son marché, son musée naval et autres vestiges du riche passé colonial de Maurice. Mahébourg est aussi un village étroitement lié au ballon rond. Le football fait partie intégrante de la vie des riverains et les jeunes s’y adonnent dans tous les coins et recoins du village. Mais s’il y a une chose qui agresse les yeux actuellement, c’est l’état de décrépitude avancé dans lequel se trouve le stade Harry Latour.
Inauguré en 1989, le stade Harry Latour se trouve effectivement dans un état déplorable : les murs du stade, à force d’être négligés, sont en train de s’effondre, la grille métallique qui sert de clôture au terrain de football, est complètement ravagée par la rouille en sus d’avoir été perforée à plusieurs endroits. La pelouse, bien qu’elle a l’air d’être entretenue, est malheureusement abîmée, ce que d’aucuns laissent entendre, ne favorise pas un jeu fluide sur une surface rendue bosselée. Mais ce qui désole encore plus les habitants de Mahébourg, c’est que le stade Harry Latour est dépourvu de gradins depuis belle lurette.
Une petite enquête que nous avons mené nous apprend que les gradins ont été démolis en 2004 justement en raison de leur vétusté. Cependant, sept ans après, il semblerait que personne ne songe à les reconstruire.
« Tous les lané tane dire pou met gradins mais ziska zordi pa nanien mem. Comment zot lé dimoun vinn get football, gradins mem pena ?, » se demande un footballeur exerçant dans une équipe de la région. Pourtant, on nous fait remarquer que, même sans gradins, plusieurs personnes continuent à venir assister aux rencontres moyennant un droit d’entrée de Rs 15.
« On paye pour voir les matches mais on doit braver les caprices du temps, le plus souvent un soleil de plomb sur la tête que de la pluie. On regarde le match à même le sol, et les plus téméraires sur un mur qui menace de s’effondre à tout moment, » ajoute t-
Budget de réhabilitation
Au Mauritius Sports Council, qui gère les stades et autres infrastructures sportives à Maurice, on laisse entendre qu’un budget est prévu pour la réhabilitation du stade Harry Latour mais on ne sait quand les travaux débuteront. Entre temps, les Mahébourgeois doivent non seulement payer mais aussi braver les caprices du temps pour assister à un match de football local.
Ce terrain, en sus d’être utilisé pour les rencontres de l’élite et de D2, est aussi le training ground du Quartier FC.
Il est de notoriété publique que certaines personnes de bonne volonté veulent relancer notre football voire même le professionnaliser. Mais avant d’envisager ce palier, n’est-il pas plus logique de revoir les infrastructures qui sont déjà en place, les améliorer, les pourvoir de facilités qui aideront, non seulement les joueurs à améliorer leur niveau mais à faire aussi revenir les gens au stade, avant d’envisager cet ambitieux projet qu’est la professionnalisation ?
Notre football, c’est un fait, nage toujours dans les eaux troubles. Si rien n’est fait, son extinction, comme le dodo, ne sera plus qu’une question de temps.
Mahébourg a produit, dans le passé, quelques grosses pointures du football mauricien. Qui ne se souvient pas des Jacques Théo, Ned Charles, Quéland Tombé, Siddick Ramaldawo, Jacques Baullauck, Bénito Sheik Meera, Jean-François Bosquet, Nicolas Mongelard, Norman Fozoo, Joy Bhuguth et les frères Sonahee pour ne citer que ces quelques noms ? Ce sont tous des ‘produits’ issus de l’école mahébourgeoise et ont, tous, exercé leurs talents dans les différents stades de l’île, incluant leur ‘home’ à eux, le stade Harry Latour.
Ce stade qui accueillait, jadis, de centaines et de centaines de spectateurs quand se disputait un match de l’élite, voire même une rencontre de D2, se trouve, malheureusement, dans un état des plus déplorables.
———————————————————————————————————————————
Le “petit” terrain aussi dans un piteux état
Notre attention a aussi été portée sur le “petit” terrain de football (comme l’aime bien l’appeler les habitants de Mahébourg) jouxtant le stade Harry Latour qui est, ni plus ni moins dans un état lamentable. Construit dans le but de pourvoir aux habitants de Mahébourg un espace où ils pourraient s’adonner à leur sport favori, ce terrain de foot est, aujourd’hui, laissé à l’abandon le plus total. Pire, il abrite une partie de la foire de Mahébourg le lundi, où les marchands ambulants, après avoir débarqué tous leurs attirails, ne daignent même pas ramasser leur désordre à la fin de la journée. Nous avons vainement essayé d’entrer en contact avec un préposé du Conseil de District de Grand-Port Savanne, qui, selon nos informations, s’occupe de l’entretien de ce terrain de foot, pour plus amples renseignements. Qu’à cela ne tienne, les photos parlent d’elles-mêmes.